dimanche, 17 décembre, 2017

Pour les Juifs: vivre en Belgique ou pratiquer sa religion, il va falloir choisir

Le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) a déposé mardi un recours en annulation, devant la Cour constitutionnelle, contre le décret wallon d’interdiction de l’abattage des animaux sans étourdissement afin de « faire constater son illégalité au regard du droit constitutionnel belge et du droit européen » .

Yohan Benizri, président du CCOJB et vice-président du Congrès juif mondial, explique la raison de cette démarche. « Nous avions prévenu que cette mesure était susceptible de provoquer un contentieux important, puisqu’elle ne respecte ni les principes de neutralité de l’État, de nécessité, d’égalité et de proportionnalité ni les règles européennes en la matière.

Les législations wallonne et flamande rendent « impossible l’exercice d’une liberté religieuse – l’abattage rituel – et ont pour conséquence de réduire l’offre d’alimentation casher dans le pays », dénonce le CCOJB, qui réclame un retour à la situation antérieure à l’adoption de ces décrets. « Ce recours nous permettra également de faire valoir l’importance du bien-être animal au vu de la loi et de la tradition juive, tout au long de la vie de l’animal et jusqu’à son abattage », poursuit le comité. « Il est en effet insupportable de se voir pointer du doigt, alors que nous partageons les mêmes valeurs fondamentales que tous nos concitoyens. Cela étant, nous montrerons que le souci du bien-être animal n’est pas incompatible avec l’autorisation d’un abattage rituel bien encadré. »

De son côté, le cabinet du ministre wallon du Bien-être animal Carlo Di Antonio souligne que le décret wallon a été adopté tout en assurant un équilibre entre le bien-être animal et le respect des traditions religieuses. « Il revient dès lors à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur le respect de cet équilibre », indique le cabinet. Ce dernier rappelle par ailleurs que tous les acteurs concernés par la question de l’abattage rituel ainsi que les responsables des différentes communautés religieuses ont été consultés sur cette problématique.

L’association de défense des animaux Gaia a réagit en annonçant qu’elle interviendrait devant la Cour constitutionnelle. L’association présidée par Michel Vandenbosch estime que le texte approuvé en mai par le Parlement de Wallonie « a trouvé un bon équilibre entre le respect de la liberté de religion et le respect du bien-être animal ».

Gaia rappelle que le décret wallon n’interdit d’aucune manière l’abattage rituel. « En imposant l’étourdissement préalable et réversible, la loi interdit la souffrance animale scientifiquement établie que provoque l’abattage sans étourdissement, car cette souffrance est techniquement évitable et donc inadmissible ».

Source DH.be / Telavivre

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

×
×