samedi, 21 juillet, 2018

Yom Hazikaron la-Shoah: le CNEF invite Dr. Ida Akerman

A l’invitation du CNEF, près d’une centaine de personnes, étudiantes et étudiants pour la plupart, se sont rassemblés mercredi soir au Centre culturel Harmonia à Jérusalem pour écouter le témoignage d’une rescapée de la Shoa, Dr. Ida Akerman-Tieder.

Pendant près de deux heures, dans un silence respectueux et devant une assistance captivée, cette femme pleine de vie et admirable de courage a raconté son histoire personnelle et celle de sa famille originaire de Tchécoslovaquie avant, pendant et après la tourmente, avec toutes les tribulations et souffrances inhérentes à cette période.

Avec pédagogie mais humour également, Dr. Ida Akerman, par son récit familial, a fait toucher du doigt tout ce que tant de Juifs ont dû endurer durant ces années terribles, de la part des nazis mais aussi de ceux qui collaborèrent avec eux, la police française notamment pour ce qui la concerne: l’angoisse, la peur du lendemain, les doutes, le dénuement total, les fuites, la faim, le froid, les dénonciations, l’indifférence de l’entourage, la séparation des familles, les rafles, la déportation, les camps, mais aussi les retrouvailles parfois, les actes de bonté de non-juifs ainsi que  les “petits” miracles qui ont permis à de trop rares personnes, dont elle, de survivre et échapper au pire.

Mais malgré tout ce qu’elle a enduré durant cette période, avec en point d’orgue la déportation et la mort de ses parents, Ida Akerman diffuse inlassablement un message d’optimisme et de foi. Ne se départissant pas un instant de son sourire, de son rire souvent, elle a rappelé le dernier message de son père hy”d qui demandait à ses enfants de toujours faire le bien, d’avancer dans la vie et de ne jamais se révolter contre D.ieu malgré tout ce qui s’est passé.

Exemple par excellence de la foi inébranlable et de la résilience juive, Dr. Ida Akerman a survécu la Shoah et a inscrit sa descendance dans le chemin de la Torah en Israël, “le pays ou l’Histoire et la géographie se rejoignent”.

Son message à l’intention de cette jeunesse avide de savoir ne fut qu’encouragement et optimisme: faire son alya pour aider à la renaissance de la Nation juive, quitter la civilisation européenne de “l’Avoir” pour rejoindre en Israël celle de “l’Être”, toujours avancer, étudier et transmettre, et aider les autres autant que faire se peut.

Pour clore son témoignage, Dr. Ida Akerman a lu quelques uns de ses nombreux poèmes qui résument sa vie et son ressenti: l’amour du peuple juif, l’amour d’Erets Israël et de Jérusalem mais aussi une nostalgie tellement compréhensible envers ses parents disparus et les messages transcendants qu’ils ont transmis à leurs trois enfants malgré leur trop courte vie.

Ida Akerman, une très grande dame qui a tout notre respect et notre grande affection, et dont le visage enluminé d’un  sourire si naturel exprime mieux que tout la survivance du peuple juif malgré toutes les épeuves qui accompagnent sa route.

Photo Illustration

Commenter avec Facebook
Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !