jeudi, 21 juin, 2018

Vivre mieux et plus longtemps Ou comment “ad 120” n’est plus un vain espoir !

C’est un fait, nous vivons plus longtemps. La durée de vie moyenne en Israël est de 82 ans, homme, femme confondus et place ainsi le pays au 8ème rang en matière de longévité. La retraite ne porte plus bien son nom, on devrait plutôt parler de percée, d’avancée, car nos seniors vont de l’avant. Ils ont envie de bouger, découvrir, explorer, bref, ils laissent parfois sur place leurs petits-enfants ancrés devant tablettes et smartphones pour aller “s’éclater”.

 

La preuve en est la variété d’activités et de clubs de loisirs qui surgissent un peu partout : Yoga, lecture, poterie, aquagym… Leur agenda se remplit à la vitesse de la lumière, à défaut de celle de la distance qu’ils peuvent effectuer au quotidien. Ils prennent cela avec philosophie, le “Baroukh HaShem” serein, le sourire au coin des yeux, masquant parfois une inquiétude, l’attente d’un résultat d’un examen médical, un nom ou une date que l’on ne peut se rappeler, une douleur qui se réveille et que l’on aimerait tant renvoyer dans les bras de Morphée. Qu’à cela ne tienne, le mot d’ordre reste Kadima, en avant !

 

Une étude d’une université américaine a récemment conclu que le secret d’une longue vie serait la …curiosité ! Plus l’esprit reste en éveil, assoiffé de nouveautés, désireux de savoir, de connaitre, plus le corps lui, resterait opérationnel.

 

Nous le savions déjà car il est bien plus facile de faire descendre d’un autocar des seniors que des juniors ; nul besoin de les convaincre, de les cajoler, de les amadouer. Ils sont pressés de voir, entendre, ressentir et tout simplement…vivre.

 

Leur seul souci, leur mobilité. Comment se déplacer lorsqu’on ne conduit plus ou si peu ? C’est pour répondre à cette question que la grande aventure de HaShorashim a commencé. Nous avons fait, Yoram Bitane et moi-même, la connaissance de Clément et Léa Bouhnik lors d’un tyoul que nous avions organisé au profit de l’association AMIT. Nous avions alors parlé de ce que nous faisions, notre travail pour le ministère du tourisme, nos rencontres, nos découvertes de sites originaux et de gens non moins originaux, aux 4 coins du pays. Clément voulut en faire profiter ses amis, les emmener dans des endroits sans plus se contenter d’images et d’articles prometteurs, C’est cette bande de copains, qui allait devenir par la suite le “noyau dur “ de HaShorashim. Nous avons dû, grâce aux conseils de Clément, nous adapter à cette tranche d’âge, minimiser les distances en autocar par des haltes fréquentes, faire des repérages, contourner trop de marches d’escaliers…Danièle S. confirme : « Tellement réussis ces voyages et ces tyoulim et toujours à l’écoute de tous et de chacun. »

 

Puis rapidement, d’autres personnes se sont jointes aux tyoulim car elles aussi aspiraient à voyager, à voir de leurs propres yeux la fabuleuse migration des oiseaux, à se rendre au Nord, au Sud, voir ces lieux dont tout le monde parlait… ou inaugurer des sites totalement nouveaux dont personne justement n’avait encore entendu parlé ! Comme l’explique Hanna B. : “ C’est un plaisir de découvrir Israël en profondeur avec des rencontres exceptionnelles d’artisans …”

 

Ainsi, HaShorashim est devenue une grande famille, les gens s’y rencontrent, s’y font des amis. Et pour Michèle B. : “ce sont des découvertes, des belles rencontres, de l’émotion, avec la gentillesse et l’amitié en prime.”

 

Mais nous ne voulions pas nous contenter de faire visiter des sites, nous voulions avant tout donner une chance à ces gens qui étaient venus après la construction du pays de rencontrer ceux qui avaient pavé pour nous la route, ces fameux Israéliens dont nous faisons désormais partie. Il reste en effet essentiel à nos yeux pour optimiser la réussite de l’intégration des Olim, d’établir un pont entre ceux qui furent là, aux premiers jours et ceux qui viennent grossir régulièrement les rangs de la population.

 

Nous voulions permettre à chacun de mettre un visage sur ceux qui ont écrit les pages de notre jeune Etat. Et nous ne nous en lassons pas, chacun avec sa personnalité, sa culture, ses récits, sa passion, ils sont tous fascinants, tous attachants. HaShorashim a pour slogan : « faire découvrir ceux qui font Israël » et nous nous y tenons. Nous nous devons de rencontrer l’humain car derrière chaque pierre, chaque arbre, chaque verger, chaque attraction se cache une histoire. « Avec ces belles rencontres », commente Nicole P., « nous pénétrons au cœur de l’histoire du pays. »

C’est peut-être aussi cela le secret de la longévité, se donner pour objectif de découvrir quelque chose ou quelqu’un de nouveau chaque jour de notre vie. Contentons-nous de tourner légèrement notre tête à droite et à gauche et le pari sera gagné.

 

Comme le disent Micheline et Freddy C. : « On termine un tyoul, on attend avec impatience le suivant » !

 

 

Pour être informés de nos tyoulim, inscrivez-vous auprès de Clément Bouhnik 050 343 6012 ou [email protected]

Sara Brownstein

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !