lundi, 23 octobre, 2017

USA-Corée du Nord: l’opinion publique suit le président Donald Trump

Une fois de plus, les médias et les chancelleries occidentales sont en décalage par rapport à l’opinion publique américaine. Dans le bras-de-fer qui oppose Washington et Pyong Yang, le président américain gagne six points dans l’opinion de son pays qui approuve sa fermeté face au tyran fou Kim Jong-un.

Dans un sondage du très sérieux institut Rasmussen, Donald Trump passe de 39% à 45% d’opinions favorables en une semaine.

A l’opposé, aussi bien les chancelleries occidentales que les grands médias internationaux présentent Donald Trump et Kim Jon-un comme étant tous les deux responsables de l’escalade des menaces quand ils ne désignent pas le président américains comme irresponsable .

Le président français Emmanuel Macron a eu un entretien téléphonique avec le président Trump, et tout en se disant préoccupé  par la menace balistique nucléaire nord-coréenne il a dit au président américain qu’il fallait baisser la tension et réduire la rhétorique guerrière. Comme si Kim Jon-un était un chef d’Etat rationnel, Emmanuel Macron a dit à Donald Trump: « Les dirigeants de la planète doivent oeuvrer ensemble afin d’amener ce pays isolé vers le dialogue sans conditions préalables ». Selon la Maison-Blanche, Donald Trump lui aurait répondu: « Il est du devoir des Etats-Unis de stopper la menace nucléaire de la Corée du Nord ».

Quatre-vingt ans après les Accords de Munich, les pays d’Europe n’ont toujours pas compris que la politique d’apaisement envers les dictateurs ne fait que renforcer leur pouvoir et leur détermination.

Photo Illustration

 

Commenter avec Facebook
×
×