dimanche, 17 décembre, 2017

Tzipi Hotobelly préfère la vérité à la flatterie

La polémique déclenchée par l’interview récente de Tzipi Hotobelly, vice-ministre des Affaires étrangères et membre du Likoud, sur les nouvelles d’i24, est d’une violence pour le moins choquante.

 

La vice-ministre faisait remarquer que les Juifs américains qui n’envoient pas leurs enfants à la guerre sont de ce fait incapables de comprendre pleinement la réalité d’Israël. Les nombreux articles diffamant et critiquant sa déclaration n’offrent guère de véritables contre-arguments.

 

L’opinion exprimée par Tzipi Hotobelly est loin d’être populaire bien qu’elle soit partagée, très discrètement sur le front du politiquement correct, par beaucoup d’Israéliens.

 

Elle se résume à ceci : être juif ne nous donne pas obligatoirement droit à Israël. Être juif ne nous donne pas obligatoirement droit à une prise en charge par le gouvernement israélien. Être juif ne nous donne pas obligatoirement le droit de commenter et de critiquer des actions ou des décisions dont nous ne pouvons comprendre réellement la portée ou la réalité si nous n’habitons pas en Israël. Et nos donations ne nous en donnent pas non plus obligatoirement le droit.

 

La seule chose qu’être juif signifie, en ce qui concerne la réalité politique du pays, est la possibilité de faire son Alyah et d’acquérir la citoyenneté israélienne. Aussi, si les Juifs américains souhaitent être constructifs dans leurs critiques et faire changer les choses, qu’ils fassent leur Alyah! Ils pourront ainsi critiquer, voter, manifester, se mobiliser, ce sera formidable ! C’est ainsi que fonctionne une démocratie.

Photo by Hadas Parush/Flash90

Pourquoi dans ce cas, le Premier Ministre devrait-il s’excuser pour les remarques de Tzipi Hotobelly ? Pourquoi aurait-elle dû être réprimandée pour avoir exprimé de façon polie et cohérente l’opinion de la plupart des Israéliens ? Les Israéliens se battent pour ce pays, paient des impôts dans ce pays et votent. Les Juifs américains ne le font pas. Et tant que cela restera le cas, ils ne devraient pas interférer dans les décisions prises par Israël. Car être juif ne veut pas dire obligatoirement être un citoyen israélien et en avoir les mêmes droits. Car pour cela, il faudrait en avoir également les mêmes devoirs.

 

Malheureusement, les politiciens israéliens semblent davantage préoccupés par l’indignation collective de la communauté américaine que par la vérité, et malheureusement, cette communauté a prouvé récemment qu’elle s’offusque bien plus facilement qu’elle ne sait écouter.

 

Nous partageons certes une religion mais nous ne partageons pas une culture. Nous ne vivons pas le même quotidien, nous ne partageons pas les mêmes frontières. Comment pourraient-ils savoir mieux que nous la meilleure manière de diriger notre pays ? Et surtout, auraient-ils seuls, le monopole de l’indignation ?

 

Batya Medved

 

Batya Medved, américaine de naissance, a fait son Alyah et vit aujourd’hui à Jérusalem avec son mari et sa fille.

 

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaires

  • zoro

    4 décembre 2017

    Artsi tu te prend pour qui ? tu n`est rien du tout c`esrt Tsipi est Batya qui ont raison.
    continue a vivre dans ton coin et met la en veilleuse jusqu`a que tu puisse venir en Israel et a ce moment la tu aura la parole en tant que juif Israelien, c`est encore a prouver ? sans rancune,

    Replay
    • ‘Ami Artsi עמי ארצי

      5 décembre 2017

      @ Zéro :

      Pour qui je me prends ? Pour moi-même, personne d’autre : un Juif israélien (j’ai fait ma ‘alyah en 1993) qui lutte contre l’imbécillité de certains qui, comme toi, ne se rendent même pas compte (du moins, je l’espère !) qu’ils sapent les fondements même de notre Etat, la raison même de son existence, et ses valeurs fondamentales.

      Que je la mette en veilleuse, jamais ! Et surtout pas sur tes ordres !

      Je n’ai rien à te prouver et j’ai le droit de m’exprimer, même (et surtout !) en présence de petits dictateurs en herbe dans ton genre. Message reçu ?

      Replay
  • ralph

    5 décembre 2017

    Les Juifs Américains ont le droit d’être d’accord ou pas avec la politique du Gouvernement Israélien , par contre ils n’ont PAS LE DROIT de l’INFLUENCER PAR DES PRESSIONS POLITIQUES ou des SANCTIONS ECONOMIQUES parce qu’ils ne sont pas d’accord . S’ils veulent avoirleur mot à dire qu’ils fassent leur Aliyah et deviennent des citoyens Israéliens.

    Replay
  • Daniel Ilan

    5 décembre 2017

    Faire l’Alyah !!!! Encore faudrait il que l’accueil soit irréprochable ce qui n’est pas toujours le cas !!!

    Replay
  • Ami-Ami

    5 décembre 2017

    je croyais que « mon Peuple m’ atterre » vivait en Israel ??

    Replay

Laisser un commentaire

×
×