mercredi, 17 janvier, 2018

Serge Hajdenberg s’engage : Les plaques commémoratives d’attentats ne vont pas.

Il en est des plaques commémoratives comme des hommes : leurs textes et leurs paroles sont à géométrie variable. Dans quelques années nos descendants pourront les lire sans prendre le risque de verser une larme car elles ne voudront pratiquement rien dire.

Allez voir rue des Rosiers a face de l’ancien restaurant Goldenberg la plaque apposée qui rappelle que les noms gravés dans le marbre ont été assassinés par les nazis et ce uniquement parce qu’ils étaient Juifs et, ce, dans les années 42-44, avec la complicité du Gouvernement de Vichy. Voilà : tout l’essentiel est dit et malheureusement on comprend de ce dont il s’agit.

Allez voir maintenant la plaque du Bataclan. 3 lignes.

En mémoire des victimes assassinées et blessées en ces lieux le 13 novembre 2015.

Pas un mot de plus.

Vous ne saurez donc pas combien de morts, combien de blessés, pourtant très, très nombreux. Vous ne saurez pas qu’ils étaient des victimes du terrorisme et j’insiste : du terrorisme djihadiste.

Nous resterons donc dans la pudeur concernant les victimes dont chacun d’entre nous aurait pu faire partie et surtout nous ne prendrons pas le risque de dénoncer sans honte les assassins, oui, oui les djihadistes, pas inconnus du tout.

Mais où vivons-nous, dans quelle société  pour nous ridiculiser ainsi ?

Même sur la plaque érigée pour rappeler la mise à mort de l’équipe de Charlie Hebdo, il n’est pas noté qui auront été les assassins. Incroyable ! Vous saurez que ce fut un attentat contre la  liberté d’expression, mais vous ne saurez pas qui a voulu nous en priver. Charlie Hebdo nous avait habitués à mieux.

Concernant le magasin  Hypercacher,  vous apprendrez que ce fut un attentat antisémite et terroriste mais là non plus, vous ne saurez pas qui l’aura perpétré. Aucun djihadiste à l’horizon.

Néanmoins, pour nos auditeurs de la région parisienne, soyez nombreux mardi à partir de 18 h 30 Porte de Vincennes pour les commémorations organisées par la Municipalité de Saint Mandé et par le CRIF.

Pour les absents je rappelle le nom des  victimes lâchement abattues :

Philippe BRAHAM  45 ans
Yohan COHEN  20 ans
Yohav ATTAB  21 ans
François-Michel SAADA 63 ans

Source: Tribune Juive

Editorial sur Radio J de Serge Hajdenberg, Président de radio J.  5 janvier 2018 – 18 TEVET 5778

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaire

  • Paul06

    8 janvier 2018

    Nous devons tous être présents mardi soir

    Replay

Laisser un commentaire

×
×