lundi, 23 octobre, 2017

Redonner un visage aux victimes de la Shoah

Le thème annuel choisi cette année par Yad Vashem est « Redonnons leur un visage ».

La Shoah n’est pas un chiffre, ni une statistique, ni une série d’événements et de listes.

La Shoah est avant tout la tragédie de vraies personnes, qui ont eu des visages, des vies….

Dans le musée de Yad Vashem est exposée une photographie presque irréelle.

 

La mariée à l’étoile jaune

Une enquête faite au Mémorial de la Shoah à Paris nous dit que le marié est Bernard Zylberman, né en France de parents polonais. Bien que n’étant pas français il s’engage en 1939 et reçoit la Croix de Guerre sur le front. Libéré de l’armée après la reddition de Pétain, il épouse Fortunée Behar, dont la mère Amar vient du Maroc et le père d’Egypte. Ils se marient avec l’étoile jaune en Juillet 42. Ils seront déportés en 1943, après que Fortunée accouche à l’hôpital Rotschild, devenu annexe de Drancy, d’une petite fille, Claudine…Voilà l’histoire d’une photo. La mariée à l’étoile jaune, presque un défi de la part de Fortunée !

Une femme et trois enfants au jardin du Luxembourg en Juin 1942

Sarah Kornfeld, dont le mari Isaac, interné au camp de Beaune la Rolande, lui a demandé une photo d’elle et des enfants avant d’être déporté à Auschwitz. Sarah et les enfants, Haya, 8 ans, Hana, 6 ans et Shlomo 3 ans, raflés pendant la rafle du Vel d’Hiv, seront déportés, mère et enfants séparément, à Auschwitz et assassinés. Sarah était ma tante. Je porte le nom du petit Shlomo.

Voici leurs visages.

 

Oui nous devons leur redonner une identité, une bribe de vie.

Se souvenir de leurs visages. Il n’y aura pas de victimes anonymes…

 

Shlomo Balsam

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

×
×