dimanche, 17 décembre, 2017

“Et si on déboulonnait le statut d’impunité de l’esclavagisme arabo-islamique ?”

Il y a seulement quelques semaines, dans la foulée des événements de Charlottesville, l’inénarrable CRAN battait la campagne française pour réclamer l’éradication séance tenante de la statue de l’esclavagiste Colbert promoteur du Code Noir et le déboulonnage de celle de Dugommier. À l’époque, je m’étais permis d’observer respectueusement qu’il était peut-être plus utile, au regard du sort actuel des populations noires, de se préoccuper de leur mise en esclavage toujours en vigueur dans les pays sahariens. Autant prêcher dans le désert.

Le silence sur l’esclavage ancestral des Noirs-comme des chrétiens-dans le cadre de la traite arabo-islamique est un secret de polichinelle bien gardé.  Ses gardiens sont de toutes les couleurs. D’abord et avant tout l’islamo- gauchisme  en majesté au sein de l’université française.

Les malheureux esclaves châtrés d’Orient auraient bien aimé disposer d’un Code Noir

Les grands historiens éminents Bernard Lugan, Jacques Heers et Olivier Petre-Grenouilleau en auront fait  les frais, longtemps ostracisés pour avoir osé enseigner que la traite arabique fut encore plus cruelle et plus longue que l’horrible traite atlantique. La réalité oblige à dire que les malheureux esclaves châtrés d’Orient, dont un quart survivait à l’ablation, auraient bien aimé disposer d’un Code Noir.

Quant à Christiane Taubira, auteur de la loi mémorielle qui porte son nom, celle-ci refusera d’inscrire la référence à la traite arabique… pour ne pas désespérer les jeunes des cités…

Comme l’écrivain algérien Karim Akouche l’écrivait parfaitement cette semaine dans Marianne :  « La traite négrière est triple : l’occidentale (la plus dénoncée), l’inter-africaine( la plus tue) et l’orientale(la plus taboue).On y dénombre plus de 40 millions d’esclaves. La plus longue, la plus constante aussi est l’orientale. A-t-on le droit de le dire ? A-t-on la liberté de l’écrire sans se faire taxer de néocolonialiste ? »

Il aura donc fallu la viralité d’un document poignant diffusé par CNN sur la réalité d’un marché aux esclaves noirs dans la Libye d’aujourd’hui pour révéler à la face du monde sourd et aveugle pour cause d’idéologie et d’intérêts mercantiles, la pérennité du système esclavagiste en terre arabo-africaine.

Occident, là où la lumière tombe, tu portes tristement bien ton nom

Le Monde, le 23 novembre, dans le cadre d’un article éclairant de  Charlotte Bozonnet, reconnut enfin la réalité  «  persistante du racisme anti- noir au Maghreb ». Une manifestation à Paris fut organisée dans la foulée, où seuls des Noirs criaient leur colère impuissante, en l’absence notable des grandes associations antiracistes.

Peut- être pour se faire pardonner l’article précité, notre journal du soir publia une tribune aussi révélatrice que délirante où il était écrit que « la vidéo des esclaves en Lybie a suscité une autre colère , liée au racisme qui perdure en France … »

Ouf ! On revenait de loin, tout s’expliquait enfin : le silence de l’ONU celui des chefs d’états africains dans la tradition de leurs devanciers, des antiracistes dévoyés et des historiens comme il faut, la traite d’Orient aussi, c’était de la faute du blanc d’Occident.

Occident, là où la lumière tombe, tu portes tristement bien ton nom.

 

Par Me Gilles-William Goldnadel

Source: Valeurs Actuelles

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaires

  • Paul06

    1 décembre 2017

    La Mauritanie, le Qatar, la Libye… Toujours le même point commun: l’islam!

    Replay
    • François Tanzy

      1 décembre 2017

      Ah! Comme tout serait simple,mais peut-être un peu ennuyeux,monotone,s’il suffisait d’un seul mot pour désigner le mal à l’état pur!
      Simple point de vue, F.T

      Replay
  • Macronyme-Crimeur-Contre-L'Humanité

    1 décembre 2017

    Les arabes négriers appelaient leurs esclaves du nom : Abdel ou Abdallah qui signifie Esclave ou Esclave d’Allah.
    Et les Noirs convertis de force à l’islamerie ne s’en offusque guère.
    Au contraire, ils en sont heureux d’être appelés « esclave » en arabe.
    En fait, tous ces noirs musulmanisés de force n’en finissent pas de remercier leurs maîtres de les avoir esclavagiser, au lieu de renier la religion imposée et revenir aux origines de leurs croyances.

    Et ces mêmes arabes islamiens qui les appellent « Kah’louch » [dans les ZRB(*)] qui est une insulte. Et les noirs qui continuent de prier le dieu des négriers islamiens.
    Kafkaïen.

    (*) : ZRB : Zones de Racailleries Banliounesques.

    Replay

Laisser un commentaire

×
×