mercredi, 15 août, 2018

Le Camp français “Maaminim beRaanana” par Zeev Goldsmith

La liste “Maaminim beraanana” (ceux qui ont la foi a Ra’anana) a bénéficié d’un grand soutien de la liste “Ra’anana Plus” composée d’habitants de Ra’anana d’origine française, dans le but de faire liste commune.

A la tête de cette liste commune,  Maitre  Elie Allouche, avocat membre  du conseil municipal. Le numéro 2 sera probablement le représentant des français Laurent  Ayache.

 

Les olims français ont été déçus des promesses électorales et ont décidé de se prendre en main. 14 synagogues de juifs français résidant a Ra’anana se sont réunis en une seule liste “Ra’anana Plus” et veulent intégrer la liste de “Maaminim Be Ra’anana”   pour une liste unique en vue des élections du conseil municipal.

A la tête de cette liste commune,  Maitre  Elie Allouche, avocat membre  du conseil municipal. Le numéro 2 sera probablement le représentant des français Laurent Ayache arrive en Israel il y a 22 ans qui  nous a explique que la force des olims français repose sur 7000 votants a Ra’anana.  Qu’ils valent deux sièges aux prochaines élections plus les deux mandats de la liste “Maaminim Be Ra’ananna” ils peuvent créer l’équilibre s’ils obtiennent quatre sièges au prochain conseil municipal.

Magnifique soirée

Au cours d’une belle soirée qui a rassemblé 150 personnes au domicile du Dr Robert Cohen et de sa femme Dr Chantal Cohen, Ra’anana Plus a rappelé ses activités au cours des dernières années. Les organisateurs ont rappelé leur déception des deux précédents maires Nahum Hofri et Zeev Bielsky de n’avoir pas reçu ce qu’ils avaient promis au cours des dernières campagnes électorales.  En 2013 les français ont apporté a Bielsky un sixième mandat. Les nouveaux arrivants au cours des cinq dernières années représentent une force électorale non négligeable. Nombreux sont indépendants et ont ouvert des entreprises a Ra’anana. “personne ne voyage à l’étranger tous restent pour voter chaque voix compte” a dit un des intervenants.

Les rabbins des différentes synagogues francophones  sont intervenus au cours de la soirée. Parmi eux le Rav Saadia Morali, le Rav Yeouda Bentata le Rav Yaakov Betzalel Harar, le Rav Itzhak Saada, le Rav Partouche et le Rav Braha. Outre les rabbins des représentants des autres communautés, des sympathisants de “Maaminim Be Ra’ananna” et des personnalités comme le professeur Sorkine et Frank Touati de l’association “Koulo Hessed”, qui fournit des paniers aux nécessiteux, ont été remarqué.

Pour Laurent Ayache, “en Israel il y a deux camps les religieux et les non religieux, qui ne s’entendent pas toujours. Pour nous en France c’est différent on est tous frères. Dans ma famille il y a des chomerei shabbat, des traditionalistes qui font le kidoush et roulent en voiture après. Ce qui nous unit c’est qu’ensemble on est  une famille.

Pourquoi y a-t-il 14 synagogues d’olims français ?

“Il n’y a pas de grandes différences entre elles chacune a son Rav, il y a les tunisiens, les Breslev, l’office des jeunes. Dans certaines les cours sont en français dans d’autres en hébreu. Certain Shabbat je peux prier dans trois synagogues.”

Sur les objectifs de Ra’anana Plus  Ayache répond “notre symbole c’est de garder le statu quo a Ra’anana et que le centre ville reste ferme Shabbat. On ne pense pas a la fermeture des rues le Shabbat car même si ma famille veut venir me voir Shabbat comment le fera t’elle ? Nous voulons faire partie de la société, donner et recevoir, mais qu’on nous considère égaux en droits. Nous attendons de la Ville une aide pour l’apprentissage de la langue hébreu pour tous les olims et qu’il y ait des activités pour les jeunes. Nous pouvons sans problème apporter deux mandats voire trois des olims. Quand nous serons à la Mairie les choses vont s’améliorer.”

 

 

Pourquoi s’attacher à une faction religieuse-orthodoxe ?

Ce qui nous a plu c’est que la liste “Maaminim Be Ra’ananna” est ouverte a tous et a une base idéologique qui convient au caractère des olims. On a pensé à faire une liste séparée, mais nous avons choisi la liste commune pour deux raisons : Nous voulons nous sentir israéliens et qu’on nous accepte comme tel, de la, la connexion avec une liste israélienne reconnue avec de l’expérience et de l’ancienneté s’est crée.

On s’est associe a la liste religieuse car la majorité des français a Ra’anana respecte le Shabbat, les mitsvot ou sont traditionalistes.

Ainsi on ne perdra pas les voix qui permettraient d’avoir un troisième mandat.

Quel est votre candidat au poste de maire ?

On décidera plus tard. Chaque candidat qui s’engage à respecter le statu quo du shabbat en ville est une option pour nous.

Maitre Elie Allouche, aussi responsable de la commission de l’intégration, était invite à cette soirée.

Au cours de leur discours les rabbins et représentants de communauté ont précisé qu’ils voient en Elie Allouche le représentant du mouvement commun.

Pour Allouche “La communauté française a initié une soirée de solidarité, une démonstration et une déclaration de force significative avec une volonté d’intégration dans la société de Ra’anana, et de soutien de la liste unifiée “Maaminim Be Ra’ananna” pour le conseil municipal. Je vois en eux une part centrale de notre groupe et une force électorale à prendre en compte. Tous veulent suivre les français, beaucoup de candidats à la mairie ont demandé le soutien des français et Ra’anana Plus a reçu la  bénédiction des rabbins pour nous soutenir. Prochainement nous dévoilerons notre programme et nos principes. Plus tard nous déciderons quel candidat à la mairie soutenir. Dans notre projet commun il y aura des religieux, des orthodoxes et des  laïques, ashkénazes et sépharades, à coté de nouveaux immigrants, nous sommes une même tribu de frères unis. Nous sommes la liste religieuse qui ouvre la porte à celui pour qui le Shabbat est important même si lui-même  ne vit pas selon les principes religieux. ”

Elie Allouche, depuis son entrée au conseil municipal il y a an, est devenu une figure marquante de la politique locale, il a ajoute :

“La collaboration avec Ra’anana Plus a crée une vraie relation avec les communautés,  j’ai été pour elles une oreille attentive. Je connais la culture française, le français est ma langue maternelle, je comprends leurs inquiétudes profondes, et il est temps que les olims français soient une présence sérieuse au conseil municipal qu’on entende leur voix et qu’ils obtiennent ce à quoi ils ont droit. ”

Comme nous l’avons dit la liste commune n’a pas décidé quel futur maire soutenir. Comme le Rav Yaakov Betsalel Harar l’a dit :

“je préfère un maire proche de ma perception du monde. Il y a à Ra’anana un grand public religieux qui ne perçoit pas ses droits et les services auquel il peut prétendre. La part du gâteau n’est pas égale pour les religieux. Il y a une ignorance totale a l’égard des français et il est temps de changer les choses. “

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !