vendredi, 25 mai, 2018

L’affaire Sarah Halimi, un silence de plus en plus pesant, par Robert J. Ejnes, Directeur exécutif du Crif

Depuis le 4 avril, l’émotion est grande dans la Communauté juive suite à l’assassinat de Sarah Halimi (za’l), retrouvée morte après une chute du troisième étage d’un immeuble du quartier populaire de Belleville. Elle a été défenestrée par un voisin de 27 ans d’origine malienne.

Pourtant, la presse n’en a pratiquement pas parlé, comme si un crime par défenestration n’était qu’un fait divers, à Paris en 2017 !

La Communauté juive s’est pourtant mobilisée, ses responsables ont rencontré le Procureur Molins dès les premiers jours de l’enquête. Une marche blanche a été organisée le dimanche suivant le crime pour aller se recueillir devant l’immeuble où a vécu Mme Halimi. La manifestation n’a pas pu arriver devant l’immeuble en raison de cris hostiles de la part de résidents de l’immeuble.

Pour avoir les informations sur l’enquête en cours, le Crif et le Consistoire ont annoncé leur intention de se constituer partie civile. Mais il faut attendre pour se faire que la circonstance aggravante d’antisémitisme soit retenue.

Le Crif a demandé à un de ses avocats, Me David-Olivier Kaminski d’assister la famille pour avoir accès au dossier. Les avocats de la famille, Me Buchinger et Me Kaminski ont donné hier une conférence de presse pour expliquer les éléments du dossier. Il leur apparaît clair que les motifs d’antisémitisme sont avérés et doivent être retenus.

Pourtant, la presse en parle peu, les politiques n’en parlent pas.

On a tué une femme juive, médecin de formation, directrice d’une crèche, chez elle, aux cris de Allah Ouakbar d’après les témoignages du voisinage, sans que la justice ne retienne le caractère d’antisémitisme. Il est pourtant clair que Mme Sarah Halimi (za’l) a été assassinée à Paris en avril 2017, parce qu’elle était juive, et que son meurtrier avait des motivations islamistes.

Le Crif reste totalement déterminé à ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire, et à ce que le caractère antisémite soit reconnu par l’autorité judiciaire.

Robert Ejnes

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaires

  • ofra

    26 mai 2017

    Cette affaire est bien plus grave que l’affaire theo et pourtant, elle n’a aucun retentissement médiatique. La France ne s’émeut pas, la France ne descend pas dans la rue, la France ne dit rien. Pourquoi ? Juif de France, vous êtes en danger, barrez-vous !

    Replay
  • dal

    26 mai 2017

    la famille de son assassins a ete entendu de suite car elle est allée se plaindre du climat dans l immeuble ils sont donc hébergés aux frais du contribuable a l hôtel en attendant d être reloge en HLM dans le 15emeardt de paris n est ce pas merveilleux la justice? vous assassine et en remerciement la france vous reloge dans un quartier sympa

    Replay
  • Seknadje

    28 mai 2017

    J ai assisté la semaine dernière à une conférence .
    Interpellé sur cette question le conférencier , intervenant connu dans lEs médias et professeur dans une grande ecole a répondu qu il n était pas concevable que les médias et la justice aient décidé de ne pas donner suite à cette affaire . Il ajoutait çela deviendrait un grave probleme
    D état si d aventure cela pouvait être prouve .
    Je pense que cet universitaire ne peut admettre cet idée qui le gêne beaucoup. Alors il l occulte …ç est plus confortable

    Replay
  • Demi-Line

    5 juin 2017

    En onze ans, rien n’a donc changé… En 2006, il avait fallu 15 jours au Procureur de la République pour reconnaître le caractère antisémite du calvaire et de l’assassinat d’Ilan. Aujourd’hui, nous en sommes à deux mois, deux mois… et l’événement lui-même – qui fait suffoquer d’horreur- n’est évoqué qu’au compte-gouttes par quelques personnalités ou journalistes militants. Même l’appel des 16 paru dans le Figaro vendredi n’a été relayé par AUCUN media grand ou petit
    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/01/31003-20170601ARTFIG00316-l-appel-de-16-intellectuels-que-la-verite-soit-dite-sur-le-meurtre-de-sarah-halimi.php?xtor=EPR-211

    Moi je m’appellerais Halimi, en France, aujourd’hui, (ou Touitou ou Weizman…), je n’attendrais pas une seconde… Juifs de France réveillez-vous et faites vos valises, tant qu’on vous laisse encore le droit d’emmener des valises.

    Replay

Laisser un commentaire

Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !