lundi, 21 août, 2017

Les Juifs sont-ils un outil de défense de la démocratie tunisienne?

Il était une fois 100.000 Juifs en Tunisie. Il n’y en a plus, ou presque: une centaine. Exception faite de la communauté très religieuse de l’île de Djerba, un millier de personnes environ. L’effacement spectaculaire de cette présence juive bimillénaire dans le pays, juste après les derniers départs des années 70, fut pour les juifs tunisiens une nouvelle blessure, ajoutée à celle de l’exil.

Petit à petit, la nostalgie des « Tunes » a fait place à une lucidité joyeuse, ce kif « made in Tunisia » qui nous caractérise. En janvier 2011, la révolution surgit en Tunisie et montra l’exemple aux autres pays arabes. Pas étonnant. Comme l’écrit Hamadi Redissi, auteur de l »‘Islam incertain », « sa modernité séculaire, son histoire l’a faite perméable aux idées nouvelles ». Enthousiaste pour mon pays natal, mais méfiante, j’écrivais: « Pour fabriquer un avenir libre, un pays doit réintégrer son passé dans l’enseignement prodigué aux générations présentes et celles à venir. Or, l’histoire et la présence des Juifs en Tunisie sont ignorées par les jeunes là-bas. »

 

Lire la suite sur Huffingtonpost.fr

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaires

  • Jg

    30 juillet 2017

    La nostalgie ? Retournez la bas !
    Les arabes vous manquent , regardez autour de vous , ouvrez les yeux !

    Replay
  • roberto

    31 juillet 2017

    L’histoire des Juifs lorqu’ils etaient Dhimmis,avant la oolonisation ? Ou l’histoire des Juifs au moment de l’independance,quand les brimades ,discriminations et violences les ont contraints a fuir ?
    Je crois que c’est surtout aux Juifs tunisiens qu’il faut apprendre ou rappeler leur histoire !

    Replay

Laisser un commentaire

×
×