dimanche, 24 septembre, 2017

« Israël: un pays remarquable et fécond »: Keltoum Millière

Le nom de Millière est très familier des Francophones d’Israël. Guy Millière, en effet, par son amour et son soutien au peuple juif et à Israël, nous émeut et nous touche à chacun de ses écrits et à chacune de ses conférences.

Derrière chaque grand homme se trouve une non moins grande femme, dit-on. Une fois encore l’expression populaire se vérifie. Keltoum Millière se tient aux côtés de son mari dans ses engagements qui sont aussi les siens. LPH vous présente ce personnage qui mérite véritablement de sortir un peu de l’ombre. Ses paroles à la fois sages et apaisantes contiennent une passion et une sincérité qui ne peuvent laisser indifférent.

 

Le P’tit Hebdo: Pouvez-vous vous présenter? Où avez-vous grandi, dans quelle ambiance?

Keltoum Millière: Je m’appelle Keltoum Millière. Je suis née et j’ai grandi à Saint Etienne en France de père et de mère Kabyles (de la grande Kabylie). J’ai été élevée dans une ambiance ouverte et aimante. Dans la religion musulmane.

Lph: A quel moment avez-vous ressenti une sympathie particulière pour l’Etat d’Israël en particulier et le peuple juif en général? Qu’est-ce qui a motivé ces sentiments?

K.M.: Je pense que la sympathie a débuté lorsque j’étais à l’université. Je suivais un cours de Yiddish que j’avais pris par défaut et le professeur était très pédagogue et il allait plus loin que l’explication de la langue.

Ensuite, j’ai rencontré mon mari et j’ai commencé à comprendre ce que c’était que le judaïsme, et ce que nous devons aux Juifs. J’ai découvert l’histoire et la réalité d’Israël, et à quel point c’est un pays remarquable et fécond. Si on regarde l’histoire, il est notable que le seul peuple qui ait traversé les siècles est le peuple Juif, même les civilisations telles que la civilisation grecque ou romaine ont été englouties… Malgré les pogroms, les persécutions, la Shoah, le peuple juif est là, debout… Pour moi cela relève du miracle de Dieu….

Ce n’est pas de la sympathie que j’éprouve pour Israël, c’est de l’amour.

Lph: Comment définissez-vous aujourd’hui vos liens avec Israël? 

K.M.: Il y a quelques jours, j’ai envoyé un message à une amie juive qui vit à Philadelphie et qui était en partance pour Israël, je lui ai dit :  »Je te souhaite un très bon voyage dans ce pays que nous aimons tant, quand j’y suis je m’y sens chez moi. Et si je n’avais pas réussi à avoir mes papiers pour devenir résidente des Etats-Unis, j’ai toujours dit, je ne reviendrais pas en France, j’irais en Israël, parce que c’est un pays qui incarne toutes les valeurs qui me sont chères ».

 

Lph: Vous êtes Kabyle. Qu’est-ce que cette identité apporte à votre discours et vos actes envers Israël. Comment votre entourage voit-il cet engagement de vous et de votre époux aux côtés des Juifs et d’Israël?

Lph: Ma mère a été élevée avec des nounous juives et elle est restée très proche des Juifs. Je pense qu’en tant que française d’origine Kabyle, je me sens proche des Juifs car il y a chez le peuple Kabyle, en raison de son histoire, une connivence avec le peuple juif. Les Kabyles ont été juifs, et il y a un lien invisible qui nous lie aux Juifs. Malheureusement, je n’ai pas de très bons rapports avec une partie de ma famille, qui est happée par la désinformation et pour certains de ses membres, par l’islamisme. J’ai de très bons rapports avec mes parents qui connaissent mes positions et les partagent en partie. En tous les cas, ils les respectent.

Lph: Comprenez-vous la reconnaissance et parfois même l’étonnement des Juifs et des Israéliens de se sentir soutenus? Et comment expliquez-vous l’hostilité parfois systématique à l’Etat juif à travers le monde?

Lph: Je peux comprendre cette reconnaissance dans la mesure où les Juifs et l’Etat d’Israël sont peu soutenus par les populations non juives et par les Etats occidentaux. Mais permettez-moi de vous dire que je pense sincèrement que ce sont nous, non Juifs, qui devons être reconnaissants envers le peuple Juif :

–       le judaïsme a apporté au monde les valeurs fondamentales de la civilisation occidentale (le christianisme est venu prolonger le judaïsme et lui doit tout).

–        Jusqu’à aujourd’hui, les Juifs sont porteurs d’un apport culturel et économique considérable au monde.

J’explique l’hostilité par ce que Jean-Francois Revel a appelé le complexe de Perrichon, du nom d’une pièce de Labiche où un personnage déteste quelqu’un qui lui a sauvé la vie.

Les Juifs ont apporté au monde la Loi, donc l’essence même de la civilisation occidentale, et je crois que c’est difficile pour nombre de gens de l’accepter.

Le problème entre Juifs et Musulmans date d’avant la refondation d’Israël.  Cela n’a jamais été un problème de territoires, cela a toujours été un problème d’ordre religieux. Je pense que le jour où l’on aura compris cela, on aura tout compris.

Lph: Qu’aimez-vous particulièrement faire quand vous venez en Israël?

K.M.: Je vis aux Etats Unis et j’adore vivre là où je vis. Les Etats-Unis sont le pays le plus philosémite du monde occidental ; mais Israël est un pays particulier, au carrefour de l’Occident et de l’Orient. Et cela se retrouve dans le quotidien. Par mes origines et parce que j’ai passionnément adoré les senteurs d’Alger quand j’y allais en vacances lorsque j’étais adolescente, je retrouve ces senteurs en Israël quand je me retrouve dans les rues. Je peux être à Tel Aviv, ville moderne par excellence, et qui ne dort jamais, comme Las Vegas, et je peux me retrouver dans un restaurant comme on peut en trouver en Orient,  avec son ambiance, sa chaleur, ses senteurs…Les gestes vifs des Israéliens, leur façon de parler, me rappellent la Méditerranée de mon adolescence… Un peu plus loin, je me retrouve à Jérusalem, ville envoûtante, pénétrante, sacrée…

J’aime ce mélange de modernité et de tradition qui fait d’Israël un pays sans pareil. C’est fascinant et très agréable. J’aime y retrouver des amis. J’aime voir l’engouement que les gens peuvent montrer quand mon mari vient faire des conférences. J’aime partager ces moments dans une ambiance « Israélienne ». Décrire est difficile, car tout est dans le ressenti. C’est pourquoi je parlais d’amour.

Je suis plus loin maintenant et mes voyages en Israël me manquent. Israël me manque. J’ai hâte d’y revenir.

Lph: Votre époux, Guy, a écrit un essai intitulé  »Israël raconté à ma fille ». Auriez-vous pu écrire un ouvrage semblable?

K.M.: Si j’avais son talent, dix fois oui. Je veux aussi transmettre à ma fille l’amour d’Israël et lui dire tout ce que l’on doit aux Juifs.

Lph: Quel message souhaitez-vous principalement transmettre?

K.M.: Je vous dirai : MERCI POUR TOUT !

Lph: Quels sont vos vœux à l’approche du nouvel an Juif?

K.M.: Que peut-on souhaiter à des gens qu’on aime et à un pays qu’on aime : la protection de DIEU !

 

Propos recueillis par Guitel Ben-Ishay

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaires

  • Madredios

    13 septembre 2017

    Respect, madame.
    Chapeau bas….

    Replay
  • roberto

    14 septembre 2017

    Vous et votre epoux etes des personnages etonnants et rares,trop rares !

    Replay

Laisser un commentaire

×
×