dimanche, 24 septembre, 2017

Inadmissible! Une pièce sur Mohamed Merah au Festival d’Avignon!

Le Festival off d’Avignon avait programmé hier une pièce de Mohammed Kacimi, sur les dernières heures du terroriste Mohamed Merah qui a sauvagement assassiné à Toulouse 3 militaires, les enfants Myriam Monsonégo, Arié et Gabriel Sandler avec le père de ses derniers le Rav Yonathan Sandler, Hy »d.

 

Moi, la mort je l’aime comme vous aimez la vie  est le nom de la pièce écrite par l’auteur algérien Mohamed Kacimi partir du verbatim des derniers échanges entre les policiers et le tueur retranché dans son appartement.

Déjà jouée au théâtre de la Loge à Paris en novembre 2015, elle est programmée au festival off d’Avignon parmi plus de 1.000 spectacles proposés du 7 au 30 juillet 2017.

Cette programmation a suscité des réactions de la part des avocats proche des familles des victimes et du Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitsime.

« Nous qui avons la responsabilité de porter la voix de ceux qui ont péri à Toulouse et Montauban et celle de leurs familles, nous considérons qu’une telle entreprise de réhabilitation dans le contexte que nous traversons sous couvert d’alibi culturel est une honte et un déshonneur. Nous vous demandons d’y renoncer », écrivent Mes Patrick Klugman, Ariel Goldman, Elie Korchia et Jacques Gauthier-Gaujoux.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) « reçoit un très grand nombre de protestations émanant de citoyens scandalisés et indignés par la décision du festival d’Avignon de présenter cette année, une pièce inspirée des « dernières heures de Mohamed Merah » le terroriste auteur des assassinats de soldats français et d’enfants juifs élèves de l’école juive de Toulouse en 2012. « Moi la mort je l’aime comme vous aimez la vie » c’est le titre de la pièce de Mohamed Kacimi, mise en scène par Yohan Mansa. Ce titre est directement inspiré de l’idéologie islamo terroriste de Daesh. En reconnaissant que le sujet est clivant les auteurs reconnaissent prendre parti. En faisant de l’islamisme terroriste un héros, les auteurs et les responsables du festival d’Avignon se rendent coupables du délit d’apologie du terrorisme. Tenter ainsi de faire de Merah un modèle c’est prendre le risque d’encourager « les jeunes » à se radicaliser à l’Islam dévoyé et criminel », a par ailleurs écrit le BNVCA dans un communiqué distinct, demandant la déprogrammation de la pièce et assurant avoir chargé son avocat, Me Charles Baccouche, de déposer plainte à Avignon pour « apologie du terrorisme et antisémitisme ».

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaires

  • Paul

    13 juillet 2017

    Le monde de la culture à la mode française subventionnée par les contribuables français. Avignon a toujours voulu franchir les bornes de le décence, franchir les bornes de l’interdit. ET bien souhaitons la fin de ce festival en attendant des excuses.

    Replay
  • Et si.....

    15 juillet 2017

    Et pas hitler’

    La France d’aujourd’hui est pétainiste! Elle creuse elle même sa tombe! Je sens une action terroriste de grande envergure qui ne touchera pas des civils, ces derniers , hélas, sont vite enterrés et, cela, les tueurs djihadistes l’ont très bien compris!

    La question est QUAND?

    Replay

Laisser un commentaire

×
×