mercredi, 15 août, 2018

Gérer son budget : mission impossible ?

On me dit souvent qu’il est impossible de gérer son budget en Israël. Vraiment ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il est difficile de gérer son budget. En voici quelques-unes.

D’abord, quand on est olé hadash, on ne comprend pas toujours les documents qu’on reçoit, comme les relevés de banque, les factures… On ne vérifie pas tout, et bien sûr, on découvrira peut-être, après des années, qu’on a payé des services qu’on croyait avoir annulés. Ou alors, on surpaie depuis longtemps des services qui ont augmenté (téléphonie par exemple). On aurait dû renégocier mais on ne l’a pas fait. Parce qu’on ne savait pas. Alors que munis des bonnes informations, on peut économiser des centaines de shékels, avec un simple coup de fil.
Ensuite, on nous pousse souvent à la consommation. A commencer par les fameux « tashlumim » (mensualités) recommandés par les vendeurs dans les magasins. Je rencontre tellement de personnes qui se sont fait piéger par ça. Car les tashlumim, ce sont des dettes, et des dettes pernicieuses en plus. En effet, on a souvent acheté telle ou telle chose en tashlumim car on s’est dit « 200 shékels par mois, c’est rien ». Sauf que 200 shékels par mois pendant 10 mois, ça fait 2000 shékels ! De plus, on commence le mois avec autant d’argent en moins pour vivre. Et quand on a plusieurs tashlumim, ça chiffre vite : 200 plus 180 plus 150 plus 190 plus 40 plus 70 plus 120 plus 50… Ça fait 1000 shékels par mois l’air de rien ! Et les banques sont aussi, souvent, de la partie. Leur méthode ? Vous proposer un crédit lorsque vous êtes à découvert. Si déjà vous avez du mal à gérer votre budget, qu’est-ce que cela sera lorsque vous aurez un crédit à rembourser?! Et en plus, votre compte sera revenu à zéro, alors, il vous sera plus facile de replonger dans un nouveau découvert. Alors, vous devrez reprendre un prêt avec lequel vous rembourserez le prêt précédent… Et c’est sans fin. La solution, c’est bien sûr de reprendre ses finances en main !
C’est vrai que parfois, on ne gagne tout simplement pas assez. Je parlerai de ce cas dans un prochain article.

Et enfin, il ne faut pas oublier notre propre responsabilité. Nous nous faisons des petits kifs, souvent, très souvent, trop souvent… Et additionnés, ça coûte comme un grand kif. Qu’on ne fait pas. Parce qu’on ne peut pas se le permettre. Ou alors, nous laissons couler l‘eau, nous mettons le mazgan à fond… Souvent, nous ne savons tout simplement pas pourquoi on ne s’en sort pas. Mais il est possible de faire des économies dans le budget alimentation par exemple si on sait ce qui est « normal » de dépenser par personne et par mois et comment on fait pour arriver à ce chiffre.

La bonne nouvelle, c’est qu’on commence des ateliers budget à Hadéra et à Netanya très prochainement. Au programme, comment gérer son budget, mais aussi comment faire des économies, analyser ses factures, ses relevés de compte… Aussi un atelier fiche de paie pour comprendre comment on passe du brut au net. Sans oublier l’atelier au supermarché pour apprendre à faire ses courses en comprenant ce qu’on achète tout en économisant.
Et en plus c’est gratuit. Organisé par les mairies.
On commence le dimanche 15 Avril à Hadéra et le lundi 16 Avril à Netanya.

 

Pour les inscriptions, vous pouvez me contacter au 054-5723398

Valérie Halfon

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !