mardi, 17 octobre, 2017

LES ÉTATS-UNIS ET ISRAËL QUITTENT L’UNESCO!

L’effet de surprise a été total même si la nouvelle était espérée depuis longtemps. Les Etats-Unis ont annoncé jeudi leur retrait de l’Unesco et demandent à ne plus être qu’un « membre observateur ». Depuis l’élection de Donald Trump, Washington avait déjà menacé à plusieurs reprises de se retirer de cette institution qui est devenue un forum anti-israélien et révisionniste de l’Histoire juive.

Le communiqué officiel du Département d’Etat est formulé ainsi: « Cette décision n’a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des États-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants ».

Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis quittent cette organisation, ils l’avaient déjà fait entre 1984 et 2003. La décision américaine prendra effet à la fin de l’année 2018.

L’irritation de l’Administration américaine contre l’Unesco avait atteint un sommet au mois de juillet après le vote d’une motion décrétant la Caveau des Patriarches de Hevron comme « lieu saint musulman » et « zone protégée du patromoine mondial » suite à des accusations calomnieuses de la part des représentants de la « Palestine ». L’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley avait alors déclaré: « Cette initiative discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable ».

Dès l’annonce faite par les Etats-Unis, Binyamin Netanyahou a salué « une décision courageuse et morale de Donald Trump » et a accusé l’Unesco d’être devenu « un théâtre de l’absurde où l’on déforme l’histoire au lieu de la préserver, comme ce devrait être la mission de cette institution ». Il a immédiatement emboîté le pas au président américain en demandant au ministère des Affaires étrangères de préparer une demande identique de retrait d’Israël de l’Unesco.

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU Dany Danon a lui-aussi exprimé sa satisfaction: « Il s’agit du début d’une nouvelle ère aux Nations unies, celle où quand on pratique la discrimination contre Israël, il faudra en payer le prix ».

La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova a quant à elle « profondément regretté » cette décision, et s’est fendue d’un communiqué pathétique au regard des dernières résolutions anti-israéliennes votées par l’Unesco: « L’universalité est essentielle à la mission de l’Unesco pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l’homme et de la dignité humaine ». Et pour rajouter encore, elle a dressé un inventaire de mesures prises en partenariat avec les États-Unis contre l’antisémitisme.

Les réactions en Israël dans un article suivant

 Photo Illustration
Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Commentaire

  • Pierre Lys

    13 octobre 2017

    Pour ce qui est de l’Unesco, il ne faut pas se ridiculiser en faisant des déclarations plus médiocres que celles des autres…
    Un peu de hauteur puisque l’on se prétend  »haut »

    Replay

Laisser un commentaire

×
×