mardi, 30 mai, 2017

Donald Trump a-t-il « grillé » un espion au service d’Israël?

Est-ce une fuite destinée à mettre le président américain dans l’embarras à quelques jours de sa visite en Israël ou est-ce une information qui révélerait une monumentale bévue de sa part?

La chaîne américaine ABC ainsi que le New York Times citent des sources du renseignement américain qui affirment que lors d’une discussion avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, Donald Trump lui aurait confié la présence d’un espion au profit d’Israël dans les rangs élevés de l’Organisation de l’Etat Islamique. Pour l’instant la Maison-Blanche dément catégoriquement et en Israël, aucune réaction officielle pour l’instant.

Selon ces agents américains, cet espion aurait déjà permis de déjouer des attentats, notamment l’explosion prévue d’un avion de ligne américain au moyen d’une bombe dissimulée dans un ordinateur. Cette information aurait été transmise par Israël aux Etats-Unis en contrepartie d’une protection de la source. C’est à ce moment-là que les Etats-Unis avaient envisagé l’interdiction d’introduire des ordinateurs portables à bord des avions américains en provenance de certains Etats musulmans.

Le général Herbert McCaster, conseiller à la Sécurité nationale auprès du président américain affirme au contraire que Donald Trump ne connaissait pas la source de ces informations ni l’identité du pays qui les avait fournies, et donc qu’il ne pouvait pas « griller » cet agent infiltré.

Il semble que les Etats-Unis et Israël ne désirent pas que cette affaire ternissent la prochaine visite du président américain en Israël. L’ambassadeur d’Israël à Washongton Ron Dermer s’est contenté de dire au New York Times que « les deux Etats  entretiennent des liens très puissants dans le domaine du renseignement et de la lutte contre le terrorisme » et « qu’Israël a une confiance totale dans sa coopération avec les renseignements américains qu’il espère encore renforcer dans les années qui viennent sous la présidence de Donald Trump ».

Le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a quant à lui confirmé que le président américain a échangé des informations sensibles avec le chef de la diplomatie russe lors de sa visite à la Maison-Blanche la semaine dernière, dans le but d’améliorer la coordination dans la lutte contre Daesh et la sécurité nationale des deux pays.

Photo Wikipedia

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

×
×