mardi, 21 novembre, 2017

De Tel-Aviv au Kotel. Jacquot Grunewald

C’était juste un murmure… Le projet n’était pas mûr. Maintenant c’est sûr, on prendra le train pour aller au Mur! En prolongation de la ligne de Tel-Aviv, ou au croisement des rues Strauss et King George et vous arriverez au « quartier juif » du Vieux Jérusalem, pile devant le Kotel. Remarquez qu’au train où vont les choses, c’est pas pour demain… Le train il n’existe pas encore; les gares non plus, mais tel quel, un train pour le Kotel, ça fâche les Palestiniens. Très fort. On a beau leur répéter que le train, ils le verront même pas. Qu’il sera souterrain; qu’il faudra descendre plus bas que terre pour y monter. Ils répondent non, pas de train et menacent de casser la baraque. A cause de Bourak. Ils ne le disent pas comme ça, mais Bourak qui d’un coup d’aile vous transportait de La Mecque au Mur, c’était quand même un truc formidable, exclusif. Ça vous changeait du train‑train habituel. Même que l’Unesco s’est mis à appeler l’Esplanade devant le Mur, la « Place Al-Bourak »! L’inconvénient, c’est que Bourak est un monoplace. Alors, avec le « Tel-Aviv–Kotel » qui va transporter des cents et des mille, qui ça, à part l’Unesco, va se le rappeler, le cheval ailé?

J.G

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

×
×