samedi, 25 novembre, 2017

Le Congrès US augmente la pression sur l’Iran et le Hezbollah

Après la déclaration solennelle du président Donald Trump devant le Congrès concernant l’Iran, la Chambre des représentants a déjà commencé à mettre en pratique le mandat confié au Congrès par le président. Elle a adopté mercredi trois amendements visant le Hezbollah, l’un des bras armés de l’Iran.

Le premier vise à tarir progressivement les sources financières de l’organisation terroriste chiite qui lui permettent notamment d’acquérir de l’armement. Il s’agit d’une loi intitulée Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act of 2017. Les sanctions viseront toute personne physique ou morale, liée directement ou indirectement au Hezbollah ou à ses institutions affiliées ainsi que les organismes et États qui fournissent au Hezbollah des aides financières ou matérielles.

Le deuxième texte prévoit de sanctionner l’Iran et le Hezbollah pour l’usage de civils comme boucliers humains au Sud-Liban, et le troisième invite l’Union européenne à inclure le Hezbollah dans la liste des organisations terroristes. Aux Etats-Unis, cette décision logique avait déjà été adoptée en 1997.

Jeudi, un autre projet de sanctions été discuté, visant directement l’Iran et son programme balistique.

Parallèlement, le Congrès a jusqu’à mi-décembre pour décider ou non de rétablir les sanctions qui avaient été levées suite à la signature de l’accord de Vienne en 2015. Il semble que dans un premier temps, le Congrès souhaite s’en prendre aux organisations terroristes soutenues par Téhéran ainsi qu’au programme balistique iranien.

L’organisation terroriste n’a pas tardé à réagir: « Nous condamnons les agressions américaines continues envers le Liban », a notamment affirmé le député Hassan Fadlallah. Selon lui, « ces sanctions constituent une ingérence flagrante dans les affaires libanaises internes et une violation de la souveraineté nationale » (sic). Il a accusé l’administration américaine de « vouloir imposer sa tutelle en forçant les peuples à accepter des législations qui dépassent ses prérogatives ».

Une fois approuvés par les deux Chambres, les trois textes devront être soumis à l’approbation du président Donald Trump, et deviendront une loi fédérale.

Photo Wikipedia

 

Commenter avec Facebook
×
×