mardi, 24 janvier, 2017

La Cour suprême accède à la demande à la famille al-Kiyan

Les manifestations d’Arabes israéliens ont produit leur effet. Les juges de la Cour suprême ont ordonné à la police la restitution du corps de Moussa Abou al-Kiyan, le conducteur qui a renversé et tué le policier Erez Lévy hy’d. Les magistrats ont également autorisé la tenue des obsèques en plein jour, sans limitation de participants, assurant ainsi un nouveau festival de haine anti-israélienne et d’appels au meurtre en présence des députés arabes qui seront assurément en première ligne.

Cette décision n’était pas celle souhaitée par la police dont le souci principal est le maintien de l’ordre public mais elle a annoncé qu’elle respectera la décision de la Cour suprême et fera tout pour assurer la bonne marche des événements.

Photo Isaac Vaaknin / POOL / Flash 90

Menaces de mort sur El-Or Azaria!

La chaîne Aroutz 1 a révélé que la famille du sergent El-Or Azaria a reçu une enveloppe renfermant une balle de fusil. Le mot qui l’accompagnait disait « Bientôt nous tuerons El-Or! » Suite à cela, la police a décidé de renforcer la protection autour du soldat. Il n’est pas difficile de tracer une ligne directe entre le long et injuste procès hypermédiatisé infligé au jeune soldat et ces menaces. El-Or Azaria a été désigné comme un vulgaire meurtrier au lieu d’être soutenu par sa hiérachie et le ministre de la Défense d’alors au vu des circonstances dans lesquelles il a agi.

Ainsi, non seulement les parents du soldat ont été entraînés pendant des mois dans une tourmente judiciaire et médiatique et non seulement Charly Azaria a été victime d’une attaque cérébrale sans doute due à cette situation intenable, voilà maintenant que leur fils est menacé de mort par ceux qui se sentent confortés par la justice militaire.

Photo Miriam Alster / Flash 90

Le président de l’Etat rend visite à la famille du policier Erez Lévy hy’d

Les médias israéliens maintiennent leurs projecteurs sur la protestation des Bédouins, les vociférations des députés arabes et les accusations envers la police pour le soi-disant « meurtre » du conducteur bédouin. Mais la douleur de la famille du policier Erez Lévy hy »d, renversé par « l’innocent enseignant » reste quant à elle dans l’ombre.

Le président de l’Etat Reouven Rivlin s’est rendu au chevet de la famille. Les membres de la famille ont rappelé les immenses qualités professionnelles et humaines du policier, notamment son grand coeur et son total dévouement à ses missions. Reouven Rivlin a dressé l’éloge des policiers en général qui se trouvent quotidiennement au front et risquent leur vie pour la protection des citoyens et le respect de la loi.

« Erez hy’d a formé toute une génération de policiers, il n’y a pas une personne qu’il n’ait rencontrle et qu’il n’a pas tenté d’enrôler dans la police », a dit la malheureuse veuve Clara.

Reouven Rivlin a assuré la famille de son soutien et de celui de la population du pays.

Photo Mark Neyman / GPO

La Cour suprême gèle l’accord sur Amona

La Cour suprême a officiellement annoncé la suspension de l’accord sur Amona conclu entre l’Etat et les habitants juifs. Les juges ont expliqué leur décision par le fait que des familles arabes palestiniennes ont déposé des recours en revendication de propriété concernant des terrains sur lesquelles des familles juives devaient s’installer après avoir quitté Amona.

Les recours portent sur trois parcelles prévues et la Cour suprême a interdit toute forme de travaux susceptibles de modifier l’état des terrains en question.

Curieusement, les requérants, conseillés et encouragés par l’organisation d’extrême gauche Yesh Din, se sont découverts « propriétaires » une fois que des familles juives devaient s’installer sur ces terres vides.

Photo Flash 90

Cette étudiante anti-israélienne est devenue sioniste après un voyage en Israël

Alors que les étudiants américains continuent à être endoctrinés à haïr l’Occident et Israël, il est encourageant de voir des histoires comme celle d’Erin, une étudiante qui a préférépenser par elle-même.

L’étudiante américaine Erin Gonzalez a passé un certain temps en Israël, avec un programme de recherche organisé par l’institution Hillel. Elle a expliqué que le but du voyage était de permettre aux étudiants d’expérimenter personnellement Israël et d’en apprendre davantage sur l’Autorité palestinienne et le conflit israélo-palestinien.

« Nous avons rencontré des représentants du gouvernement, des militants et des citoyens des deux côtés du conflit qui ont partagé leurs récits personnels avec nous », a-t-elle expliqué. « Leurs récits m’ont aidée, ainsi qu’à mes collègues, à tirer nos propres conclusions et à formuler nos propres perspectives sur Israël, l’Autorité palestinienne et le conflit ».

Elle a dit qu’il y avait plusieurs choses qui l’ont surprise. Avant de se rendre en Israël, elle croyait entrer dans un «état d’apartheid», mais peu de temps après l’atterrissage, elle a observé la diversité religieuse, culturelle et ethnique du pays.

« Une autre chose qui m’a surprise au sujet d’Israël, c’est comment ma perspective sur les villes juives en Judée Samarie a complètement changé », a-t-elle déclaré. « Bien que la communauté mondiale et récemment les Nations Unies aient condamné les villages juifs à la fois internationalement comme étant illégaux et un obstacle à la paix, je ne vois plus cela comme ça ».

Mlle Gonzalez a déclaré que son groupe avait visité divers établissements dans toute la Judée Samarie et elle a été surprise de voir combien de Palestiniens elle voyait bénéficier de la vie des villes juives, y compris les possibilités d’emploi et les avantages sociaux.

«Tout au long de notre voyage, nous avons rencontré tant de gens, israéliens et palestiniens, qui nous ont vraiment remerciés pour leur visite dans leur pays», a-t-elle déclaré.

42 étudiants ont participé aux deux voyages de recherche de faits qui ont eu lieu jusqu’à présent, et les commentaires ont été extrêmement positifs.

 

Lire la suite sur Coolamnews ici

Primaire de la gauche en France : Benoît Hamon en tête

Lors du premier tour des primaires de la gauche en France où s’affrontaient ce dimanche sept candidats, Benoît Hamon est arrivé en tête avec 36,3 % des voix. En seconde position se trouve l’ancien Premier ministre Manuel Valls crédité de 31,1 % des suffrages. Les deux vainqueurs s’affronteront la semaine prochaine lors du second tour qui devra déterminer qui sera le candidat de la gauche pour les présidentielles françaises prévues les 23 avril et 7 mai 2017.

Route 6 : embouteillages suite à des manifestations dans le secteur arabe israélien 

Des contestataires arabes israéliens ont provoqué d’immenses embouteillages sur la route 6 au niveau de l’échangeur de Nitsanei Oz pour protester contre la destruction de maisons construites illégalement dans les localités arabes de Qalansuwa et d’Oum al-Hiran. Des dizaines de véhicules portant le drapeau de l’Autorité palestinienne ont circulé très lentement sur la voie. Ils ont été rejoints près de Qalansuwa par une centaine d’autres voitures. Parmi les protestataires se trouvaient le député Ahmed Tibi, le président et les membres du Haut Comité de suivi des Arabes israéliens, le président de la Liste Arabe Unifié, des députés, des chefs de conseils régionaux, etc. Des centaines de voitures sont sorties d’Oum Al-Hiran et de Rahat pour se rendre à Jérusalem. Sur place, les manifestants comptaient réclamer la restitution du corps de Yacoub Abu al-Qiyan qui a renversé un policier sciemment et a provoqué sa mort.

Pour la première fois: hommage au groupe Nili à la Knesset

Pour la première fois, la Knesset a tenu ce lundi une cérémonie en hommage au groupe clandestin Nili. Cette rencontre a eu lieu à l’occasion du centième anniversaire de la mort de l’un des fondateurs du groupe, Avshalom Feinberg.

Nili a été très actif pendant la Première Guerre mondiale, aidant l’armée britannique à conquérir le pays sous le contrôle de l’empire ottoman afin de pouvoir par la suite promouvoir la création d’un foyer juif en Eretz Israël.

Tous les partis étaient représentés lors de cette commémoration. Etaient également présents l’adjointe au maire de Hadera Hedva Yehezkeli et le Dr Gustavo Perednik, auteur du livre ‘Tsabar’ relatant l’histoire d’Avshalom Feinberg.

Au cours de cette rencontre, un projet de loi a été présenté visant à fixer un jour officiel dans l’année au cours duquel serait rappelée la contribution apportée par les militants courageux de Nili au futur Etat d’Israël.

L’initiateur de ce projet de loi, le député Yehouda Glick (Likoud) a souligné : « Il  n’y a rien de plus juste et de justifié que de fixer cette journée du souvenir pour évoquer la bravoure des membres de Nili afin de transmettre aux futures générations cet héritage extraordinaire de la révolution sioniste grâce à laquelle nous sommes là aujourd’hui ». Photo Wikimedia

Bruxelles: rencontre entre des dirigeants de communautés juives et des diplomates

Une rencontre a lieu ce lundi à Bruxelles entre des dirigeants de communautés juives et des diplomates de différents pays européens. Les discussions porteront sur les moyens de faire face au mouvement BDS qui prône le boycott d’Israël. L’initiateur de cette réunion est le rabbin Menachem Margolin, directeur général de la Fédération des organisations juives en Europe. Il a déclaré que cette rencontre avait pour but de parvenir à un accord selon lequel il faut exclure le mouvement BDS.

Comment des petits fonctionnaires juridiques ont saboté l’accord d’Amona

Une fois de plus, la démocratie israélienne se trouve confrontée à l’un de ses problèmes majeurs: la paralysie du pouvoir politique face à des petits fonctionnaires non-élus qui font la pluie et le beau temps au gré de leurs options idéologiques.

A deux semaines de la fin du nouveau délai fixé par la Cour suprême, l’accord de compromis sur Amona laborieusement mis au point par le Premier ministre et le conseiller juridique du gouvernement Avihaï Mandelblit est pratiquement mort-né. Le conseiller juridique pour la Judée-Samarie à l’Administration civile – Eyal Toledano – ainsi que l’organisation d’extrême gauche ont pris soin de rendre impossible la mise en application du compromis trouvé par le gouvernement avec les habitants d’Amona.

Dès l’annonce de l’accord, Eyal Toledano avait exprimé un « oui, mais » mais dont les nombreux « mais » ont annulé le « oui ». Il faut rappeler que ce fonctionnaire juridique travaille sous les ordres des dirigeants de l’Administration civile pour la Judée-Samarie qui ne sont pas connus pour être des chauds partisans des habitants juifs de Judée-Samarie.

Les conditions et restrictions pointilleuses imposées par l’Administration civile rajoutées aux revendications en propriété déposées soudain devant la justice par des familles arabes représentées par Yesh Din font aujourd’hui que l’accord conclu entre l’Etat et les habitants d’Amona est devenu quai-inopérant.

Le comité des habitants d’Amona accuse formellement Eyal Toledano et l’Administration civile d’avoir tout fait pour permettre à Yesh Din de saboter cet accord et toute solution permettant de mettre un point final satisfaisant à la question d’Amona. Ils notent par exemple que la porte d’Eyal Toledano est ouverte 24h/24h aux représentants des « propriétaires arabes palestiniens » dans un seul but: arriver au 8 février sans que le moindre bulldozer n’ait commencé des travaux, ce qui aboutirait à la mort de l’accord et à l’expulsion des familles d’Amona comme le souhaitent Yesh Din et la gauche israélienne.

C’est la raison pour laquelle les habitants d’Amona ont annoncé dimanche soir la reprise de la lutte. Avihaï Boiron, président du comité a indiqué sur Aroutz 1 que la seule solution reste désormais une pression populaire pour l’adoption de la loi de régularisation avec l’inclusion du cas d’Amona dans le texte.

Une fois de plus, l’Administration civile, formée de fonctionnaires juridiques qui n’ont de compte à rendre à personne, a saboté des décisions prises par l’échelon politique.

Photo Hadas Parush / Flash 90

Une femme nommée à un poste élevé à la Direction des tribunaux rabbiniques

La commission des appels d’offre a nommé une femme à un poste administratif élevé au sein de la Direction des Tribunaux rabbiniques (Batei Din). Hani Dori, originaire de Jérusalem y devient directrice du Département des Ressources humaines. Elle est titulaire d’une licence en Education et en Sciences politiques ainsi que d’une maîtrise en gestion administrative et politique publique.

Dans le cadre de sa fonction, Hani Dori couvrira toutes les activités liées au personnel: formation, recrutement, aide sociale, organisation interne des tribunaux etc.

L’un des membres de la commission des appels d’offre s’est félicité de cette nomination qui confirme l’augmentation du nombre de femmes dans des postes supérieurs au sein des tribunaux rabbiniques. Le directeur des tribunaux rabbiniques rav Shmouel Yaakobi s’est également félicité de l’arrivée de Hani Dori, il lui a souhaité pleine réussite et a indiqué que les tribunaux rabbiniques continueront à recruter les meilleurs candidats qu’ils soient hommes ou femmes.

Photo Yossi Zamir / Flash 90

Ofra: grève de la faim devant la Knesset

Les dirigeants de la localité d’Ofra, dans la région de Binyamin, et des représentants de Judée et Samarie ont décidé d’entamer une grève de la faim devant la Knesset sous le thème : « Ofra exige un arrangement ».

Ils ont pris cette décision samedi soir vers minuit pour réagir et tenter de faire obstruction aux projets de destruction de neuf habitations prévue le 8 février prochain, conformément à l’ordre donné par la Cour suprême.

La réunion au cours de laquelle cette grève a été décidée a eu lieu en présence du président du conseil de Judée-Samarie Avi Roeh et du secrétaire général d’Amana, Zeev Hever (Zambish).

671 nouveaux logements à Jérusalem : réaction hostile des Palestiniens

La commission locale de planification et de construction de Jérusalem vient de donner son aval pour la construction de 671 logements dans la capitale. Ils sont prévus à Ramot, Ramat Shlomo et Pisgat Zeev ainsi que dans les quartiers arabes de Wadi Joz et Beth Hanina.

Le maire de Jérusalem Nir Barkat a déclaré : « Nous avons subi huit années difficiles avec Obama, qui a exercé des pressions sur Israël pour geler la construction. Même si la municipalité de Jérusalem n’a jamais gelé la construction dans la ville, il est arrivé à plusieurs reprises que nous n’obtenions pas l’approbation du gouvernement et certaines habitations n’ont pas pu être mises sur le marché à cause des pressions américaines ».

Il a ajouté : « « J’espère que cette époque est révolue et qu’à l’avenir, nous continuerons à construire et à développer Jérusalem pour le bien de ses habitants, juifs et arabes. Nous devons renforcer notre souveraineté sur la capitale d’Israël et créer une Jérusalem unifiée. Nous devons également aider les jeunes couples ».

Bien entendu, ce projet a suscité une réaction hostile des Palestiniens, par l’intermédiaire de Nabil Abou Rodeina, porte-parole du chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Rodeina a déjà lancé un appel au Conseil de Sécurité de l’Onu, lui demandant d’intervenir conformément à la dernière résolution (anti-israélienne) qu’il a adoptée contre les implantations ‘afin de mettre un terme à cette politique du gouvernement israélien qui cherche à détruire la solution des deux Etats’.

La communauté de Melbourne unie dans le souvenir de la petite Thalia Hakin

Près de 500 membres de la communauté juive de Melbourne en Australie ont assisté dimanche à un service commémoratif en souvenir de la petite Thalia Hakin, 10 ans, tuée dans une attaque à la voiture-bélier ce vendredi à Melbourne qui a fait au total 4 morts et 15 blessés.

L’émissaire Habad, Rav Shalom Dickstein, a indiqué à Aroutz Sheva que ‘la communauté juive avait organisé cette cérémonie pour soutenir la famille dévastée par ce drame et prier pour le rétablissement de la mère et de la sœur de la fillette, toujours hospitalisées dans un état grave’.

Il a encore précisé que ‘si les investigations prouvaient qu’il s’était agi d’un acte terroriste, les autorités ne cacheraient pas la réalité des faits’. Il a ajouté : « On se souvient de Thalia comme d’une enfant heureuse et souriante. Sa sœur (9 ans), qui a été blessée, est dans la classe de ma fille et elles sont amies. Il est très dur de raconter aux enfants ce qui s’est passé ».

 

Attention……ne consommez pas les petit-pois carottes surgelés de chez Shufersal !

Des tests récents indiquent la présence de bactéries Listeria monocytogénes dans les paquets de petit-pois et carottes congelés de la marque Shufersal (photo ci-dessus). Le public est appelé à ne pas consommer ces produits et de retourner les produits achetés dans les magasins afin d’obtenir le remboursement….Détails……


Supersol a informé le public que le produit concerné sont les sachets de petit pois et carottes congelés de 800 grammes qui expirent en Juillet 2018.
Le produit, provenant de Belgique, a été commercialisé après avoir subi des tests en laboratoire mais ,ultérieurement,d’autres tests tests ont révélé de dangereuses bactéries.
Le produit étant congelé, il est clair que celui-ci est consommé après cuisson, ce qui rend le risque de la présence de bactéries plus faible.  Cependant, pour des raisons de prudence, les autorités demandent au public de ne pas consommer le produit.
La bactérie Listeria est particulièrement dangereuse pour les femmes enceintes, les nourrissons, les personnes âgées et les patients dont le système immunitaire est affaibli.
Celles-ci pourraient causer une fausse couche ou nuire au fœtus chez les femmes enceintes.
Source Koide9enisrael

Emouvant : un rescapé de 82 ans met pour la première fois les Tefilin

Après avoir attendu pendant 69 ans, un rescapé de la Shoah a décidé de célébrer enfin sa Bar Mitsvah. La cérémonie a été organisée par le commandement de la police de Haïfa.

Pour la première fois de sa vie, Yaakov Edelstein, 82 ans, a mis les Tefilin, aidé par le Rav Anshel Friedman, rabbin de la police de la région. L’émotion était intense.

L’événement a eu lieu au collège national de la police en partenariat avec l’association ‘Yad Ezer LeHaver’. A la police, on a précisé que ce type d’initiative était fréquent et que dans de nombreux districts, elle gardait des liens réguliers avec les survivants de la Tourmente.

Yaakov, né en Hongrie, était âgé de 13 ans lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté. Aujourd’hui, il est marié, père de deux enfants et grand-père de quatre petits-enfants. Il est venu en compagnie de son épouse et de l’un de ses fils, tout aussi émus que lui.

Yaakov Edelstein a raconté les horreurs qu’il avait vécues dans un camp de concentration ‘qui hantaient ses pensées jusqu’à ce jour’. Mais il est heureux de son sort, content d’avoir survécu et d’avoir pu fonder un foyer.

‘Cette cérémonie de Bar Mitsvah me touche beaucoup, après toutes les souffrances que j’ai endurées, a-t-il souligné. Le but de ma famille était de survivre, et je n’ai pas eu d’enfance’. Dans l’assistance se trouvaient des rescapés qui, entendant le récit de Yaakov, n’ont pas pu retenir leurs larmes.

 

Emouvant : un rescapé de 82 ans met pour la première fois les Tefilin

Vous avez dit Coupable ? Coupable, certes mais plus encore responsable aussi… Par Bely.

Pour l’AFP /Lefigaro, si vous avez construit un immeuble en 1979, si vous êtes un homme d’affaire « juif » comme ce MR Habibollah Elghanian, si vous avez été condamné à mort et exécuté pour vos liens présumés avec Israël en l’an de mauvaise grâce 1979, si, on ne sait pourquoi mais il doit bien y avoir une corrélation quelconque, ces évènements eurent lieu juste après la révolution islamique, si l’immeuble en question est détruit  dans un incendie ce jour en Iran, sachant qu’il n’y a pas de fumée sans feu… Impossible que vous n’y soyez pas pour quelque chose !

C’est du moins la conclusion que vous ne pouvez manquer de tirer de l’article dont copié collé ci-après pour vous laisser juge : Un morceau d‘anthologie de mauvaise foi antisémite !

« Un immeuble de 15 étages, dans lequel des dizaines de pompiers tentaient d’éteindre un incendie, s’est effondré aujourd’hui à Téhéran. L’immeuble, un des premiers plus hauts bâtiments construits dans la ville au début des années 1960, avait été évacué avant son effondrement.

Mais des dizaines de pompiers qui luttaient contre l’incendie se trouvaient toujours à l’intérieur. Une trentaine de personnes ont été blessées lors de l’incendie du bâtiment avant qu’il ne s’effondre. La police a fait évacuer le quartier où se trouve l’immeuble par crainte d’explosions dues à des fuites de gaz.

Cet immeuble, appelé Plasco Building, avait été construit en 1962 et abritait notamment un centre commercial et des ateliers de vêtements. « Nous avons à plusieurs reprises mis en garde les responsables de l’immeuble » contre le fait que les normes de sécurité n’étaient pas respectées, a déclaré un porte-parole des pompiers Jalal Maleki, regrettant qu’il n’en aient pas tenu compte. Il a en particulier noté que d’importantes quantités de vêtements étaient stockées dans les cages d’escalier, « ce qui va à l’encontre des normes de sécurité« .

L’incendie, qui a duré quatre heures, s’était déclaré au 9ème étage de l’immeuble et s’était propagé jusqu’au 15ème, selon les pompiers. Avant l’effondrement, la télévision a montré d’immenses flammes s’échappant des derniers étages.

L’immeuble avait été construit par un homme d’affaires juif, Habibollah Elghanian, qui, après la révolution islamique de 1979, avait été condamné à mort et exécuté pour ses liens présumés avec Israël. »

 

C.Q.F.D.

Vous avez dit Coupable ?

Coupable, certes mais plus encore responsable aussi…

 

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/01/19/97001-20170119FILWWW00092-iran-effondrement-d-un-immeuble-a-teheran.php

 

Annonce de nouveaux logements à Ramat Shlomo

La commission de planification et construction de la municipalité de Jérusalem a autorisé la construction de 566 unités de logements dans les quartiers de Ramat Shlomo, Pisgat Zeev et Ramot, considérés comme « territoires occupés » par la communauté internationale. Mais cette fois-ci ni la ville de Jérusalem ni le gouvernement ne doivent s’attendre à une communiqué cinglant de la part du Département d’Etat américain. Un changement de pouvoir et tout a changé.

L’annonce de constructions dans le quartier de Ramat Shlomo avait failli provoquer une grave crise diplomatique en mars 2010 lors de la visite en Israël du vice-président Joe Biden. Le gouvernement israélien avait présenté ses excuses aux Américains et Binyamin Netanyahou avait eu droit à une conversation musclée de la part de la secrétaire d’Etat de l’époque, une certaines Hillary Clinton.

Photo Sebi Berens / Flash 90

Il y a 22 ans: le double attentat de Beit Lid

C’était le 22 janvier 1995. La gauche israélienne était encore dans l’euphorie des Accords d’Oslo qui annonçait un « Proche-Orient nouveau » et des lendemains qui chantent.

Ce jour-là, comme après chaque week-end, de nombreux soldats attendaient à la grande station de bus de Beit-Lid pour rejoindre leurs bases. Un terroriste arabe palestinien revêtu d’un uniforme de Tsahal avait réussi à s’inflitrer parmi les dizaines de soldats. Il actionna la très lourde charge d’explosifs qu’il portait sur lui. Lors de ce premier attentat, neuf soldats furent tués sur le coup et de nombreux furent blessés dont trois succombèrent un peu plus tard.

Comble de l’horreur et de la perversité, un second terroriste attendait et profita de la panique pour se faire exploser trois minutes plus tard parmi les blessés et les personnes venues secourir. Ce deuxième attentat fit dix morts et à nouveau de nombreux blessés.

Ce double attentat, l’un des plus meurtriers qu’Israël ait connus, avait été préparé par Abed Al-Halim Balbissi, du Jihad Islamique.

Le bilan final de ces attentats fut de vingt-deux morts (dont vingt et un soldats) et soixante-six blessés.

Ces fameux « sacrifiés de la paix » selon la définition donnée à l’époque par Itshak Rabin et Shimon Pérès après chaque attentat.

Photo Wikipedia

 

Guilad Erdan répond à Ayman Oudeh

Parmi les milliers de manifestants arabes et bédouins qui se sont rassemblés samedi contre la police et le gouvernement, il y avait notamment Ayman Oudeh, président de la Liste arabe unifiée, qui a une nouvelle fois tenu des propos outranciers. Les députés et manifestants qui l’entouraient portaient des pancartes appelant à la démission du « ministre menteur, raciste et incitateur Guilad Erdan »!

Le ministre de la Sécurité intérieure a répondu sur sa page Facebook en écrivant notamment: « J’ai des nouvelles pour vous, Ayman Oudeh, et veuillez les transmettre à vos amis: cela n’arrivera pas. Je continuerai à m’occuper de la sécurité des citoyens israéliens et de nos policiers sans crainte ».

Photo Yonatan Sindel / Flash 90

×
×