mardi, 24 janvier, 2017

Syrie: un chef rebelle éliminé près de Kuneitra

Abou Assad  Mashara, le chef du groupe rebelle salafiste Ansar al-Islam a été abattu par des inconnus dans la bourgade de Mashara située à  vingtaine de kilomètres de la ville frontalière de Kuneitra, sur le Golan syrien. Parallèlement, trois villages tenus par les rebelles dans cette même région se seraient rendus aux forces régulières ce qui indique une reprise progressive du contrôle du versant syrien du Golan par le régime de Bachar El-Assad.

Le groupe Ansar al-Islam en Syrie (Défenseurs de l’Islam) est considéré comme proche d’Al-Qaïda et reçoit de sa part un soutien logistique et financier.

Photo Illustration

 

Défis d’Israël: le Hezbollah au premier rang

L’Institut de recherche de la Sécurité nationale (INSS), dirigé par Amos Yadlin a publié son rapport pour 2017 et a notamment établi un classement des menaces auxquelles l’Etat d’Israël devra faire face. Cette fois-ci, le Hezbollah passe devant l’Iran comme menace principale et potentielle, contrairement à l’an passé où l’organisation terroriste chiite semblait affaiblie à cause de son implication en Syrie.

Mais durant l’année 2016, Tsahal et les experts militaires ont constaté que malgré ses nombreuses pertes, le Hezbollah réussit à se maintenir et même à agrandir de manière significative son arsenal militaire au Liban. Selon l’INSS, les responsables de l’armement au Hezbollah ont depuis longtemps cessé d’évaluer le nombre de missiles en leur possession mais le classent en fonction de leur portée et de la qualité de leur précision, ce qui est très inquiétant.

L’INSS rappelle que le Hezbollah possède aujourd’hui des missiles capables d’atteindre n’importe quel point en Israël et un armement capable de poser de sérieux problèmes tant à l’armée de l’air qu’à la marine ou même aux forces terrestres. On estime aussi que la guerre en Syrie à certes réduit le nombre de combattants du Hezbollah mais a simultanément entraîné et aguerri ceux qui reviendront des combats.

Mais Tsahal a déjà prévenu à plusieurs reprises: en cas de nouvelle confrontation avec le Hezbollah, Israël ne prendra pas de gants et de nombreux libanais périront et des infrastructures nationales seront détruites, car l’Etat juif ne pourra se pemettre un conflit dans la durée avec une organisation disposant d’un tel arsenal.

Dans une interview au site américain Defense News, un officier supérieur de Tsahal, qui a gardé l’anonymat a prévenu lundi que Tsahal avait déjà des plans d’attaque préventive contre le Hezbollah en cas de besoin.

Photo Tsahal

Moscou veut réconcilier le Fatah et le Hamas

Wassel Abou Youssef, membre du comité exécutif de l’OLP a révélé que la Russie accueillera une rencontre entre des dirigeants du Fatah et du Hamas au courant du mois de janvier. Moscou avait déjà organisé une telle rencontre en 2011 afin d’accélérer le processus de « récnonciliation » entre les deux factions terroristes ennemies. Selon Abou Youssef, cette rencontre devrait avoir lieu au même moment que se tiendra la conférence de Paris sur le conflit israélo-palestinien. Selon le responsable terroriste, « la direction palestinienne veut prouver au monde qu’elle oeuvre en faveur de la paix »!

Mais dans la sphère arabe palestinienne les optimistes se font rares quant à une possibilité réelle de rapprochement entre le Fatah et le Hamas tant les intérêts politiques sont différents entre les responsables des deux organisations terroristes.

Le seul point d’entente entre eux étant l’intention de faire disparaître l’Etat d’Israël par un moyen ou un autre.

Photo Illustration

 

Haaretz utilisé par un site antisémite iranien

Le dégâts que provoque le journal antisioniste Haaretz ne touchent pas uniquement les chancelleries et les opinons publiques occidentales. Le site iranien parstoday.com, dans sa version anglaise comme hébraïque, se sert dans le quotidien israélien pour sa propagande antisémite. Les « nouvelles » tout comme les tribunes d’opinion des pires journalistes de Haaretz sont repris pour étayer la ligne antisémite du site.

On n’est jamais mieux trahi que par les siens!

Photo Wikipedia

 

 

« Cadeau de bienvenue » à Bagdad pour François Hollande: 35 morts

Au moins trente-cinq personnes ont trouvé la mort et de très nombreuses autres blessées dans un attentat à la voiture piégée dans un quartier chiite de la capitale irakienne. L’attentat s’est produit alors que le président français François Hollande se trouvait à Bagdad pour fêter la nouvelle année auprès des troupes françaises. L’attentat n’a pas encore été revendiqué mais il porte la marque de l’organisation de l’Etat Islamique.

Dès son arrivée sur le sol irakien, le président français a justifié la participation de l’armée française aux combats aux côtés de la coalition: « Agir contre le terrorisme en Irak c’est prévenir des actes terroristes sur le sol français ». Des propos qu’il sera utile de se remémorer lorsque le Quai d’Orsay demandera comme d’habitude à Israël « de la retenue » quand Tsahal combat le terrorisme le long des frontières du pays.

Après sa rencontre avec les soldats français qui forment les forces spéciales d’élite du contre-terrorisme irakien (CTS), François Hollande s’est rendu dans la « zone verte » de Bagdad pour s’entretenir avec les trois composantes du pouvoir irakien : le président kurde de la République, Fouad Massoum, le premier ministre chiite, Haïder Al-Abadi, et le président sunnite du Parlement, Salim Al-Joubouri. Lundi après-midi il sera à Erbil, au Kurdistan irakien, où sont stationnées les forces spéciales françaises qui conseillent les peshmergas (combattants kurdes) engagés dans la bataille pour la reprise de Mossoul à l’EI.

Photo Wikipédia

Rapprochement Egypte-Hamas

Divers signes indiquent une nette tendance au réchauffement des relations entre le Caire et le Hamas, décrété pourtant organisation terroriste en 2015 par le président A-Sissi. La raison est très simple: l’organisation terroriste se trouve dans une situation financière catastrophique et cherche des alternatives à l’aide iranienne qui se fait rare au vu des tensions entre le Hamas et Téhéran sur fond de crise syrienne.

Le Hamas a fait récemment des gestes envers l’Egypte, notamment la livraison de trois-cent salafistes sympathisants de Daech dans le Sinaï arrêtés dans la bande de Gaza. Le Caire a lui-aussi décidé de changer d’attitude envers le Hamas afin de pouvoir mieux le neutraliser, l’éloigner des mouvements djihadistes ainsi que de l’axe Turquie-Qatar et le rapprocher de Mahmoud Abbas.

Le Hamas est même allé jusqu’à coopérer avec l’armée égyprienne pour détruire des tunnels souterrains qui reliaient la bande de Gaza au Sinaï au niveau de Rafiah.

Israël a également noté une nette augmentation du trafic de camions entre l’Egypte et la bande de Gaza, avec la livraison de matériaux de construction.

L’ancien ambassdeur d’Egypte en Israël, Muhmad Azzam a confirmé ce nouveau développement positif dans les relations entre le Caire et le Hamas et a annoncé que l’Egypte envisage toute une série de projets économiques destinés à améliorer la vie des habitants de la bande de Gaza, y compris la création d’une zone de libre-échange.

Photo Wikipedia

 

Daech se vante d’un nouveau massacre

Amaq, l’agence de presse de l’organisation de l’Etat Islamique a publié un communiqué de victoire après un nouveau massacre décrit par ses combattants d’Allah comme une « réussite ». L’agence rapporte que cinq hommes de Daech ont fait irruption dans une base militaire irakiennes au sud de la ville de Nadjaf. Deux assaillants ont ouvert le feu pendant que deux d’entre se faisaient exploser et un autre faisait exploser deux voitures piégées. Selon Amaq l’attaque aurait fait plus que cent morts parmi les soldats, la plupart chiites. Il n’y aurait aucun survivant.

Photo Facebook

Istanbul: quatre Israéliennes étaient présentes sur les lieux

Le ministère israélien des Affaires étrangères a apporté des précisions sur les ressortissants israéliens présents sur les lieux de l’attentat d’Istanbul. Outre la jeune femme de 18 ans qui a été blessée, trois autres israéliennes étaient présentes sur les lieux. Deux d’entre elles ont réussi à communiquer avec leur famille mais l’on reste sans nouvelles d’une quatrième personne, Lian Nasser, 19 ans. Son père, Ahar Nasser, s’est dit très inquiet de son silence et a lancé un appel à toute personnes qui aurait aperçu la jeune femme. Les quatre femmes sont des amies originaires de la ville arabe israélienne de Tira, au nord de Kfar Saba.

Photo Illustration

 

Le président du Sénat français attendu en Israël

Les préparatifs pour la conférence internationale de Paris sur la question israélo-palestinienne battent leur plein. Elle doit se tenir dans deux semaines, le 15 janvier 2017, en présence de ministres des Affaires étrangères de 70 Etats. En revanche, les principaux concernés,  Israël et les Palestiniens, ne seront pas représentés. Lors de cette rencontre, les participants réitèreront leur soutien à une solution du conflit ‘sur la base de deux Etats’.

Dans l’annonce qu’il a faite, le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, a notamment déclaré : « La France est attachée à la tenue d’une réunion à Paris pour relancer le processus de paix au Proche-Orient qui est aujourd’hui bloqué, et réaffirmer la nécessité de deux Etats ».

Rappelons qu’Ayrault a salué le discours prononcé mercredi soir, à Washington par le secrétaire d’Etat américain John Kerry. Il l’a qualifié de ‘clair, courageux et engagé… en faveur de la paix au Proche-Orient’. Il a ajouté que ‘la France partageait la conviction du secrétaire d’État américain de la nécessité et de l’urgence de mettre en œuvre cette solution des deux États’.

C’est dans ce contexte qu’est attendu la semaine prochaine au  Proche-Orient le président du Sénat français Gérard Larcher, du parti Les Républicains, proche du candidat François Fillon. Il sera en Israël du 2 au 5 janvier.

Au cours de son séjour, il devrait être reçu notamment par le Premier ministre Binyamin Netanyahou et le président de l’Etat Ruby Rivlin. Il compterait s’entretenir également avec le chef de l’opposition Itshak Herzog et le président de la Knesset Youli Edelstein. Il a prévu ensuite de se rendre à Ramallah pour des discussions avec des responsables palestiniens dont, bien entendu, le chef de l’AP Mahmoud Abbas.

Le discours de John Kerry bien accueilli à Ramallah

Après le discours de John Kerry, très critiqué par le gouvernement israélien, le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a usé une nouvelle fois de son langage diplomatique en prétendant que ‘les Palestiniens étaient prêts à revenir à la table des négociations ‘. Mais il a posé une nouvelle fois ses conditions, toujours les mêmes, indiquant que pour cela, ‘les dirigeants israéliens devaient s’engager à respecter tous les accords signés avec l’AP et à geler totalement la construction dans les implantations et à Jérusalem Est’. Donc, en bref, rien de bien nouveau… D’autres responsables palestiniens se sont montrés plus critiques, n’appréciant pas que Kerry ait souligné clairement et sans équivoque que ‘les deux camps devraient accepter des ‘compromis douloureux’.

Liban: élimination d’un terroriste

Le garde du corps du commandant des « forces de sécurité » palestiniennes au Liban a été éliminé. Le « général » Subi Abou Arab a été abattu dans le camp de « réfugiés » d’Ein Hilweh. Aucune information n’a été fournie sur l’identité des assaillants.

Photo Illustration

ONU: la France va voter en faveur de la résolution anti-israélienne!

La nouvelle ambassadrice de France en Israël Hélène Le Gal a annoncé ce qui n’est une surprise pour personne: Paris va voter en faveur de la résolution anti-israélienne déposée devant le Conseil de sécurité par l’Autorité Palestinienne via l’ambassadeur d’Egypte. Rappelons que cette résolution appelle à la cessation totale de toute construction juive en Judée-Samarie et à Jérusalem-Est et demande à Israël de se retirer sur les lignes d’armistice de 1949.

L’ambassadrice a indiqué que la résolution reflète la politique française traditionnelle…et qu’elle est relativement équilibrée! « Cette résolution fera comprendre aux différents acteurs de la région, et tout particulièrement Israël (sic) de l’aspect très inquiétant des implantations juives » a expliqué l’ambassadrice. Elle s’est également réfugiée derrière un argument douteux, affirmant qu’Israël n’avait adressé aucune demande à Paris de voter contre le texte!

Quant à l’initiative diplomatique française, Hélène Le Gal a indiqué que la France tient absolument à la poursuivre, et que cette conférence internationale aura lieu, avec ou sans Israël.

La diplomate a en revanche déclaré que la coopération entre la France et Israël dans le domaine du renseignement et de l’anti-terrorisme est très intense.

Evidemment, tant que l’on peut bénéficier de l’aide et de l’expérience israéliennes, pourquoi s’en priver, même si par ailleurs on s’acharne contre l’Etat juif sur le plan diplomatique!

Photo Youtube

Attentat anti-turc en Syrie: un habitant de Gaza impliqué

Un arabe palestinien de Gaza, qui avait rallié Daech, est l’auteur de l’attentat commis il y a quelques jours à Al-Bab, près de la frontière entre la Syrie et la Turquie. Le kamikaze avait précipité sa voiture piégée contre un autobus transportant des soldats turcs. Au moins quatorze soldats avaient été tués et plus de cinquante blessés.

Photo Illustration

ONU: l’Egypte contre Israël

L’ambassadeur d’Egypte à l’ONU Amr Aboullatif Aboulatta a déposé mercredi soir un texte condamnant la construction juive en Judée-Samarie. Le texte a été rédigé par l’Autorité Palestinienne. La motion devrait être soumise au vote des pays membres du Conseil de sécurité dans la soirée de jeudi.

La délégation israélienne à l’ONU ne s’est pas dit surprise car cela fait un bon moment que Le Caire avait annoncé ses intentions. Le texte devrait obtenir la majorité, vu la composition actuelle du Conseil de sécurité, notamment avec la France, la Chine, la Russie, l’Angola, le Venezuela ou la Malaisie. A Jérusalem, on compte néanmoins sur un veto américain mais l’ambassadrice Samantha Power n’a pas encore reçu d’instructions à ce sujet de la part de Barack Obama.

Le texte en question appelle notamment Israël à se retirer entièrement derrières les lignes de l’armistice de 1949 y compris à Jérusalem.

En cas d’absence de veto américain, ce serait un tournant historique dans la politique étrangère américaine, car en ce cas, la résolution du Conseil de sécurité deviendrait « contraignante ». Et comme Israël ne l’appliquerait pas pour des raisons évidentes, le Conseil de sécurité pourrait appliquer des sanctions à Israël.

Pour l’ambassadeur d’Israël à l’ONU Dany Danon, cette résolution est typique de l’hypocrise et de la politique absurde de l’ONU: elle ne fait en rien avancer le processus de paix mais elle accorde une récompense à l’incitation et au terrorisme arabes palestiniens. L’ambassadeur souligne aussi l’aspect hallucinant d’une telle motion condamnant le seul Etat démocratique de la région alors que des massacres se déroulent au même moment en Syrie. Tout comme l’a fait le Premier ministre Binyamin Netanyahou, Dany Danon a exhorté les Etats-Unis à opposer leur veto à cette résolution.

Photo Illustration

Alep : l’armée d’Assad s’apprête à entrer dans la ville

La chaine télévisée du Hezbollah a annoncé que l’armée de Bachar el Assad entrerait à Alep ce jeudi après l’évacuation de tous les civils, bloqués depuis des mois dans les quartiers est de la ville en raison des combats entre les forces du régime et les ‘rebelles’. Les médias turcs ont indiqué lundi que près de 20 000 habitants avaient quitté le secteur assiégé d’Alep qui était sous le contrôle des ‘rebelles’ Il resterait encore 10 000 personnes qui souhaiteraient à leur tour être évacuées des zones de combat.

Daech: la tête d’une Danoise mise à prix pour un million de dollars

L’organisation de l’Etat Islamique a mais à prix la tête d’une jeune femme danoise pour un montant d’un million de dollars. Cette volontaire combat actuellement dans les rangs des Kurdes. Cette jeune femme de 22 ans est devenue célèbre par le biais des médias et a même obtenu un prix en Europe. Paradoxalement, elle risque une peine d esix mois de prison si elle retourne au Danemark, du fait d’une loi interdisant aux citoyens danois de quitter le pays pour aller se battre sur les zones de conflits, peu importe la cause défendue. La famille de la jeune femme a exprimé sa profonde inquiétude quant à son sort.

 

Yémen: attentat-suicide meurtrier

Un attentat-suicide a fait au moins cinquante-deux morts et plus de trente blessés parmi les soldats yéménites dans une base militaire la ville portuaire d’Aden. Le terroriste s’est approché d’un rassemblement de soldats qui faisaient la queue pour recevoir leur solde mensuelle. C’est l’organisation de l’Etat Islamique qui a revendiqué l’attentat mais l’information n’a pas encore été authentifiée. Il y a une semaine à peine quarante-huit soldats yéménites avaient été tués dans la même base Al-Solban dans le même scénario exactement.

Le Yémen fait face à une véritable entreprise de déstabilisation en provenance de deux groupes: Daech et les milices houthies activement soutenues par l’Iran qui ne cache pas son intention de faire entrer le Yémen dans son giron.

Photo Illustration

Une délégation israélienne à un congrès à Abou Dhabi

Une délégation de fonctionnaires du bureau du Contrôleur de l’Etat ainsi que du Commissaire aux Plaintes publiques ont participé à un congrès qui se tenait à Abou Dhabi, dans les Emirats arabes. Ce congrès avait lieu dans le cadre de l’INCOSAI, l’organisation internationale des institutions de contrôle de l’Etat. La présence officielle israélienne dans cet Etat arabe ne fut cependant pas facile à obtenir et le ministère israélien des Affaires étrangères a dû déployer des efforts diplomatiques dans plusieurs directions afin que la délégation israélienne puisse participer à ce congrès.

Le directeur-général du bureau du Contrôleur de l’Etat, Elie Marzel, a même pris la parole devant l’assemblée plénière et a eu des entretiens avec des délégués de dizaines de pays. Il a été convenu qu’un séminaire international portant sur la protection contre les attaques cybernétiques se tiendra prochainement en Israël.

Le Caire: exécution d’un membre de Daech

Adel Habara, membre de l’organisation de l’Etat Islamique a été exécuté par pendaison jeudi matin dans sa prison du Caire. Il avait été condamné à mort pour  sa participation à une attaque dans le Sinaï lors de laquelle vingt-cinq policiers égyptiens avait été tués. Il s’agit du huitième membre de Daech à être exécuté en Egypte depuis la chute du président Muhamad Mursi et l’arrivée au pouvoir d’Abd El-Fatah A-Sissi.

Les réseaux sociaux liés à Daech ont dénoncé l’exécution d’Adel Habara et ont averti que Le Caire allait « s’embraser » à cause de cela.

 

Photo Wikipedia

Alep: évacuation de rebelles et de blessés

Selon les termes d’un nouvel accord de cessez-le-feu conclu entre le régime syrien et les rebelles sous l’égide américaine et russe, des autobus et des ambulances ont commencé à évacuer des blessés venant d’Alep-Est ainsi que des rebelles qui se sont rendus. Un groupe de plusieurs centaines de personnes a déjà été extrait des quartiers en décombres par un corridor humanitaire. Environ soixante-dix mille personnes devraient ainsi être évacuées de cette partie de la ville qui sera alors contrôlée totalement par l’armée de Bachar El-Assad.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré que la Russie veille au bon fonctionnement des opérations notamment au moyen de drones, sur ordre direct du président Vladimir Poutine. Il a cependant été fait état de tirs sur des autobus, qui ont dû rebrousser chemin.

Au fur et à mesure, des informations arrivent sur les horreurs commises par les soldats syriens et russes,par les milices chiites et les snipers iraniens qui ont abattu indistinctement hommes, femmes, enfants et vieillards dans les rues de la ville.

Mercredi, lors d’une interview à une chaîne occidentale, le président Bachar El-Assad avait quant à lui accusé l’Occident d’hypocrisie et de n’avoir pas réagi de la même manière lorsque les rebelles massacraient les civils syriens.

Photo Wikipedia

 

×
×