mardi, 24 janvier, 2017

Binyamin Netanyahou invité à un sommet Afrique-Israël

L’embellie des relations israélo-africaines s’illustre une nouvelle fois. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a reçu lundi à Jérusalem le ministre togolais des Affaires étrangères Prof. Robert Dussey. La rencontre s’est déroulée dans une excellente atmosphère et à son issue, Robert Dossey a non seulement invité Binyamin Netanyahou à rendre en visite officielle au Togo mais il l’a également convié à assister au mois d’octobre à un  sommet Israël-Afrique. Cette rencontre. à laquelle devraient participer entre vingt et vingt-cinq chefs d’Etats africains sera consacrée au développement de la coopération entre Israël et le continent africain dans les domaines agricole, technologique, du high-tech, des communications et de la sécurité.

Le Premier ministre israélien a donné son accord pour sa participation. Il a déclaré à son invité: « Vous n’imaginez pas à quel point nous sommes heureux du renforcement de nos relations entre Israël et l’Afrique et entre Israël et le Togo en particulier. Nous tenons énormément à notre retour en Afrique orientale comme en Afrique occidentale ». De son côté, le chef de la diplomatie togolaise a exprimé sa joie d’être en Israël: « Je reviens avec plaisir dans ce magnifique pays qu’est Israël, et tout particulièrement à Jérusalem. Vous vous êtes rendus en Afrique occidentale et en Afrique orientale, mais nous voulons vous donner toute l’Afrique! »

Le Togo est un « petit » pays africain d’à peine 57.000 km 2 et un peu plus de 7,5 millions d’habitants. Il est situé entre le Ghana l’ouest, le Benin à l’est et le Burkina Faso au nord. Sa capitale est Lomé.

Photo Illustration

Bruxelles: rencontre entre des dirigeants de communautés juives et des diplomates

Une rencontre a lieu ce lundi à Bruxelles entre des dirigeants de communautés juives et des diplomates de différents pays européens. Les discussions porteront sur les moyens de faire face au mouvement BDS qui prône le boycott d’Israël. L’initiateur de cette réunion est le rabbin Menachem Margolin, directeur général de la Fédération des organisations juives en Europe. Il a déclaré que cette rencontre avait pour but de parvenir à un accord selon lequel il faut exclure le mouvement BDS.

Barkat salue l’annonce du porte-parole de la Maison Blanche

Le maire de Jérusalem Nir Barkat a réagi à la déclaration faite dimanche soir par le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer qui a fait savoir que les premières démarches avaient été entreprises pour le transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem. Saluant cette ‘annonce historique’, il a ajouté que ‘Trump prouvait qu’il est un véritable ami de l’Etat d’Israël et qu’il tenait ses engagements’. Il a ajouté : « Ce communiqué transmet un message clair au monde montrant que les Etats-Unis reconnaissent que Jérusalem est la capitale unifiée de l’Etat d’Israël’. Il a ensuite promis de procurer à l’administration américaine toute l’aide nécessaire ‘pour que ce passage de l’ambassade se fasse rapidement et facilement’.

Entretien Trump-Netanyahou : une coopération étroite entre les deux pays

Comme il l’avait annoncé dans la matinée au cours du conseil des ministres, Binyamin Netanyahou s’est entretenu dans la soirée de dimanche, par téléphone, avec le nouveau président des Etats-Unis Donald Trump. Dans l’entourage du Premier ministre, on a souligné que la conversation avait été particulièrement chaleureuse. De son côté, Trump a indiqué aux journalistes qui l’entouraient qu’elle avait été formidable.

Netanyahou a d’emblée déclaré à son interlocuteur qu’il souhaitait travailler avec lui dans une vision commune en vue de promouvoir la paix et la sécurité dans la réunion sans créer la moindre dissension entre les USA et Israël.

Les sujets importants ont été abordés dont bien entendu l’accord dangereux avec l’Iran et le processus diplomatique avec les Palestiniens.

Le président Trump a invité Binyamin Netanyahou à venir en visite à Washington le mois prochain pour le rencontrer. La date précise de ce voyage devrait être annoncée d’ici quelques jours.

La Maison Blanche a publié un communiqué après cette conversation. « Le président Trump et le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou se sont entretenus au téléphone et ont débattu des moyens de promouvoir et de renforcer les liens exceptionnels des USA et d’Israël ainsi que de la sécurité et de la stabilité au Proche-Orient. Le président a souligné l’importance de la coopération sécuritaire avec Israël qui reflète la collaboration profonde et permanente entre les deux pays ».

Le texte poursuit: “Le président et le Premier ministre sont convenus de poursuivre leurs consultations sur une série de questions régionales, portant notamment sur les moyens de faire face aux menaces provenant de l’Iran ». Il est ensuite précisé que ‘Trump, dont l’engagement vis-à-vis de la sécurité d’Israël est sans précédent,  est déterminé à donner la priorité à la lutte contre Daech et les autres groupes terroristes islamistes radicaux’.

Et d’indiquer encore que ‘pour Trump, la paix entre Israël et les Palestiniens ne peut être obtenue que par des pourparlers directs entre les deux camps’, en précisant que ‘les Etats-Unis travailleraient étroitement avec Israël avant de progresser vers cet objectif’.

Yoav Galant: ‘la construction se poursuivra à Jérusalem’

Le ministre du Logement Yoav Galant (Koulanou), interviewé sur Reshet Bet lundi matin, a déclaré que la décision du cabinet du Premier ministre de reporter à ce stade le débat sur Maalé Adoumim, où le gouvernement compte étendre la souveraineté israélienne, était judicieuse étant donné ‘qu’il ne fallait pas surprendre ses amis’. Mais il a ajouté qu’il était clair pour tous que Maalé Adoumim ‘ferait partie d’Israël dans toute solution diplomatique future’.

Galant a ensuite mis en garde contre le danger chiite ‘qui risque de menacer sérieusement Israël’. Il a par ailleurs salué la décision de Washington concernant le transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem. Considérant que la démarche était importante, il a toutefois estimé qu’elle était ‘symbolique’. Galmand a abordé également la question de la construction à Jérusalem : à ce propos, il a souligné qu’elle se poursuivrait aussi rapidement que possible et qu’il n’y avait pas de controverse à ce sujet.

Report du débat sur Maalé Adoumim

Les ministres du cabinet de sécurité nationale du gouvernement israélien ont décidé à l’unanimité de reporter leur débat sur la proposition de loi visant à étendre la souveraineté d’Israël sur Maalé Adoumim. La réunion devrait donc avoir lieu après la rencontre entre Binyamin Netanyahou et le nouveau président des Etats-Unis Donald Trump. C’est ce qu’a indiqué un communiqué émanant du bureau du Premier ministre. De son côté, la Maison Blanche a confirmé que le président Trump s’entretiendrait par téléphone, dans la soirée, avec le chef du gouvernement Netanyahou. La conversation serait prévue vers 20h30, heure israélienne.

Theresa May, premier chef d’Etat invité par Donald Trump

La Première ministre britannique Theresa May a prévu de se rendre en fin de semaine à Washington pour y rencontrer le président des Etats-Unis Donald Trump. Ce sera la première rencontre avec un chef d’Etat étranger que tiendra le nouveau locataire de la Maison Blanche.  Au cours de l’entretien qui devrait avoir lieu vendredi, Mme May compte s’entretenir avec son hôte du libre-échange et de l’importance de l’Otan que Trump a qualifiée récemment d’obsolète dans une interview avec des journalistes européens.

Lieberman: aucune chance d’arriver à un règlement bilatéral avec les Palestiniens

Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a rencontré ce dimanche à Jérusalem le général David Petraeus, ancien commandant des forces américaines en Afghanistan.

Les deux hommes ont discuté notamment des relations entre Israël et les Etats-Unis et de la ferme volonté des deux pays de les maintenir et de les renforcer sous l’administration Trump. Ils ont évoqué également les enjeux sécuritaires, tant régionaux que globaux, auxquels leurs pays devaient faire face.

Lieberman a estimé qu’il était par-dessus tout urgent, dans le cadre du rôle des USA au Proche-Orient, de mettre en place dans la région une ‘coalition antiterrorisme’ incluant les Etats arabes modérés et Israël, afin de combattre l’islam radical.

Lieberman a estimé que si ce projet réussissait, il pourrait servir de base à un règlement régional, y compris entre Israël et les pays arabes, et résoudre le conflit entre Israël et les Palestiniens ‘dans le cadre d’un échange de territoires et de populations’.

Il a souligné qu’en revanche, ‘il n’y avait aucune chance de parvenir à un règlement bilatéral avec les Palestiniens qui avait déjà été tenté au cours de ces 24 dernières années et s’était soldé par un échec’.

671 nouveaux logements à Jérusalem : réaction hostile des Palestiniens

La commission locale de planification et de construction de Jérusalem vient de donner son aval pour la construction de 671 logements dans la capitale. Ils sont prévus à Ramot, Ramat Shlomo et Pisgat Zeev ainsi que dans les quartiers arabes de Wadi Joz et Beth Hanina.

Le maire de Jérusalem Nir Barkat a déclaré : « Nous avons subi huit années difficiles avec Obama, qui a exercé des pressions sur Israël pour geler la construction. Même si la municipalité de Jérusalem n’a jamais gelé la construction dans la ville, il est arrivé à plusieurs reprises que nous n’obtenions pas l’approbation du gouvernement et certaines habitations n’ont pas pu être mises sur le marché à cause des pressions américaines ».

Il a ajouté : « « J’espère que cette époque est révolue et qu’à l’avenir, nous continuerons à construire et à développer Jérusalem pour le bien de ses habitants, juifs et arabes. Nous devons renforcer notre souveraineté sur la capitale d’Israël et créer une Jérusalem unifiée. Nous devons également aider les jeunes couples ».

Bien entendu, ce projet a suscité une réaction hostile des Palestiniens, par l’intermédiaire de Nabil Abou Rodeina, porte-parole du chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Rodeina a déjà lancé un appel au Conseil de Sécurité de l’Onu, lui demandant d’intervenir conformément à la dernière résolution (anti-israélienne) qu’il a adoptée contre les implantations ‘afin de mettre un terme à cette politique du gouvernement israélien qui cherche à détruire la solution des deux Etats’.

Une nomination malencontreuse de Barack Obama

Quelques jours à peine avant de quitter la Maison Blanche, le président sortant Barack Obama s’est empressé de nommer l’un de ses conseillers les plus proches en matière de sécurité, Ben Rhodes, au conseil d’administration du ‘United States Holocaust Memorial Museum’, musée de la Shoah, qui se trouve à Washington.

Cette décision a suscité quelques remous, vu le rôle important qu’a joué Rhodes dans l’élaboration de la politique américaine qui a conduit au dangereux accord sur le nucléaire iranien conclu entre Téhéran et les grandes puissances. On lui reproche, dans ce cadre, d’avoir présenté des informations erronées sur les développements de cet accord.

Par conséquent, sa nomination au Musée de l’Holocauste a été vivement condamnée sur les réseaux sociaux par les opposants au dangereux traité avec l’Iran.

Rodes est aussi le rédacteur de deux discours prononcés par Obama sur le Proche-Orient, le premier au Caire en 2009 et le second à Jérusalem en 2013. Photo Reuters Aroutz 7

Feiglin sur Trump : ‘tout dépendra d’Israël’   

Moshé Feiglin, ancien député du Likoud, fondateur du mouvement Zo Artsénou et président du parti Zehut, se montre prudent et attentif avant l’investiture du nouveau président américain Donald Trump. Alors que certains s’enthousiasment déjà et s’attendent à des modifications radicales dans la politique des USA au Proche-Orient, Feiglin pense, pour sa part, que ‘le changement de pouvoir à Washington ne devrait avoir que peu d’impact sur Israël’.

Feiglin, qui milite depuis la signature des accords d’Oslo, en 1993, a entamé par la suite une carrière politique à travers son mouvement Manhigut Yehoudit avant de postuler pour un siège au Likoud. En prévision de l’entrée en fonction du Républicain Donald Trump, il a tenu à calmer le jeu.

« Les partis de droite et leurs dirigeants préparent déjà leurs excuses, en prévision de la journée d’intronisation de Trump, pour  expliquer pourquoi l’ambassade américaine ne sera pas transférée à Jérusalem, pourquoi le gel de la construction à Jérusalem va continuer et pourquoi Amona sera détruite ».

Selon l’ancien député, tout dépendra de ce qui se passera en Israël. Il estime en effet que seul un changement fondamental au sein de la direction israélienne, et non à la Maison Blanche, pourrait améliorer la position géopolitique d’Israël.

Et de conclure : « Le moment est venu de comprendre cela et d’en tirer les leçons. Et là, même Trump ne sera d’aucune aide ».

Investiture de Trump : commentaires du représentant républicain en Israël

L’avocat Marc Zell, représentant du parti républicain US en Israël, sera présent, ce vendredi, à l’investiture du 45e président des Etats-Unis, Donald Trump, qui aura lieu à Washington. Interviewé par Aroutz 7, il a rappelé que la cérémonie débuterait à midi (heure américaine) et ‘qu’il avait une bonne place, près des marches du Capitole’.

Zell a pris part, mercredi, à une réunion de tous les militants du parti qui se sont retrouvés à l’hôtel de Trump. Interrogé sur la politique qu’allait mener le nouveau président américain, Zell a estimé que ‘son entrée à la Maison Blanche allait apporter de bonnes nouvelles à Israël’. Et d’ajouter, très critique : « Le comportement de Barack Obama après les élections a été très préoccupant, y compris son initiative à l’Onu qui nous a porté préjudice. Ce qu’il a fait ne me plait pas mais dès vendredi, tout devrait changer ».

Netanyahou rencontre et remercie l’ambassadeur des USA

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a rencontré dans l’après-midi l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël Dan Shapiro qui quitte ses fonctions avec le départ du président démocrate Barack Obama et l’entrée en fonction, ce vendredi 20 janvier, de son successeur républicain Donald Trump. Au cours de l’entretien, Netanyahou a remercié le diplomate ‘pour toutes ces années de travail commun’ et pour sa contribution à l’alliance stratégique importante entre les USA et Israël. Photo Flash 90 Haim Zach/GPO

La nouvelle ambassadrice US à l’Onu va prendre ses fonctions

Dans quelques jours, la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à l’Onu va prendre ses fonctions. Il s’agit de Nikki Haley, gouverneure républicaine de Caroline du Sud. Elle est épouse et fille d’immigrés indiens. Avant son investiture officielle, elle doit encore se présenter devant la commission des Affaires étrangères du Sénat qui doit confirmer sa nomination. Haley, 44 ans, serait considérée comme une femme à l’avenir politique prometteur.  Photo Wikipedia

Theresa May: le retrait de l’UE doit être entériné par le parlement

Dans un discours qu’elle a prononcé à Londres, la Première ministre britannique Theresa May a annoncé que l’accord sur la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne serait entériné par le parlement. Elle a précisé que son pays quitterait également le marché intérieur de l’Union européenne. Elle a souligné que ce retrait se ferait progressivement afin d’éviter des difficultés économiques et ajouté que même après ce départ, les citoyens de l’UE seraient toujours les bienvenus en Angleterre.

Danon dénonce le vote de la résolution 2334 à l’Onu

Le Conseil de Sécurité de l’Onu s’est réuni ce mardi pour débattre du conflit israélo-palestinien. C’est la première rencontre sur ce thème depuis l’adoption, en novembre dernier, de la résolution anti-israélienne 2334.

Comme prévu, la parole a été donnée entre autres à l’ambassadeur d’Israël Danny Danon. Ce dernier a dénoncé le vote, en précisant qu’il avait été acclamé par les membres du Conseil. Il a ajouté ‘qu’il avait eu droit également aux éloges du Hamas et du Jihad islamique, des organisations terroristes qui ont pour but la destruction de l’Etat d’Israël’.

Danon a ensuite évoqué l’attentat au camion-bélier perpétré la semaine dernière à Jérusalem par un terroriste qui avait assassiné quatre Israéliens et blessé de nombreux autres lors d’une visite de soldats dans la capitale. Il a souligné que Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne, s’était tu.

‘Quant aux organisations qui ont célébré avec vous l’adoption de la résolution, a-t-il ajouté, ils ont fêté cet attentat abject et ont distribué des friandises à Gaza. Cette résolution a proclamé que notre présence à Jérusalem n’était pas légale, elle a encouragé les Palestiniens à continuer de refuser les pourparlers ».

Citant les noms des quatre victimes et montrant leurs photos, il a précisé : « Ils ont été assassinés par un Palestinien qui croyait qu’on pouvait utiliser le terrorisme pour chasser les Juifs de Jérusalem ».

Danon a ensuite parlé d’une caricature publiée par le Fatah, mouvement de Mahmoud Abbas, montrant que les Palestiniens n’acceptaient pas la présence d’Israël sur tout son territoire et non pas seulement en Judée-Samarie. Il a également cité les propos du ‘ministre’ palestinien des Affaires étrangères qui a déclaré après l’adoption de la résolution ‘qu’il ne fallait pas reconnaitre Israël en tant qu’Etat juif’. Et de conclure : « La direction palestinienne a reçu le message. Ils ont compris qu’ils peuvent continuer à diffuser des mensonges et à inciter aux violences ».

Le président polonais reçu à la Knesset

Le président polonais Andrezej Duda, arrivé ce mardi à la tête d’une délégation de haut niveau, était l’hôte du président de la Knesset Youli Edelstein.  La rencontre entre les deux hommes a eu lieu dans le bureau d’Edelstein en présence notamment du député H’ilik Bar, qui est à la tête du groupe d’amitié parlementaire Israël-Pologne, de l’ancien président de la Knesset et ex ambassadeur en Pologne Shevah’ Weiss, d’élus parlementaires, du directeur général du parlement et de la secrétaire de la Knesset.

Dans son discours, Edelstein a déclaré que ‘les relations entre les deux pays étaient excellentes’. Il a ajouté : « J’espère qu’après cette visite, qui renforce les liens entre nos deux parlements, ces relations seront encore meilleures ». Il a ensuite remercié la Pologne pour la création du musée Polin, qui retrace l’histoire des Juifs polonais.

Le président polonais a confirmé que les relations entre son pays et Israël étaient importantes dans de nombreux domaines et qu’il fallait les développer encore davantage. Indiquant qu’il s’intéressait particulièrement à l’éducation de la jeunesse, il a demandé aux autorités israéliennes de multiplier les voyages en Pologne et d’organiser des visites au musée juif ouvert au public en 2014 et à celui dédié aux Justes parmi les Nations. Il a conclu en disant que ‘les jeunes devaient repartir avec la conviction que la Pologne était un ami sincère d’Israël’.

Kathleen Kennedy Townsend en Israël : ‘vous avez un pays merveilleux’

L’avocate Kathleen Kennedy Townsend, qui est la fille du sénateur de New York Robert Kennedy assassiné le 5 juin 1968 par le Palestinien Sirhan Sirhan, a effectué un séjour en Israël. Interviewée par la première chaine de la télévision israélienne, elle a avant tout exprimé son amour pour le pays qu’elle a qualifié d’extraordinaire.

Elle a déclaré : « Comme vous devez le savoir, mon père Robert Kennedy était ici en 1948 en tant que journaliste pour couvrir la guerre et il a loué, dans ses articles, le courage des Israéliens et leur détermination à construire un nouvel Etat. Il avait ajouté qu’ils y parviendraient après les horreurs qu’ils avaient connues en Europe, bâtissant un pays démocratique basé sur des valeurs ».  Elle a encore précisé : « Il a compris, lorsqu’il a vu ces Israéliens, que les Etats-Unis auraient un lien particulier avec ce pays et qu’il fallait s’assurer que ces relations restent fortes ».

Kathleen Kennedy Townsend a ensuite raconté qu’en 1968, son père s’était battu pour que 50 avions de chasse soient donnés à Tsahal et que c’était à cause de ce soutien qu’il avait été tué par Sirhan Sirhan.

Elle a ajouté : « Je me sens liée à Israël grâce à ma famille, à mon père, et vous savez que mon oncle, le président John Kennedy, est venu ici (en Israël) en 1939 et avait appelé à l’application d’une ‘solution à deux Etats’. Il avait ressenti la force d’Israël ».

Très admirative, elle a ensuite déclaré : « Vous construisez partout, vous avez un pays merveilleux, avec des bâtiments, une technologie développée, des emplois. Tout le monde devrait prendre Israël en exemple car il est composé de gens qui veulent réussir. C’est fabuleux ».

Interrogée ensuite sur les élections américaines, elle a admis qu’elle était déçue des résultats et aurait préféré voir Hillary Clinton à la présidence des Etats-Unis. Mais elle s’est montrée confiante, estimant que Donald Trump saurait servir sa patrie de façon satisfaisante.

Al-Sissi prévoit de meilleures relations avec la nouvelle administration américaine

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui avait des rapports tendus avec le gouvernement d’Obama, a estimé que la nouvelle administration américaine, dirigée par le président élu Donald Trump, serait prête à une meilleure coopération avec l’Egypte, en particulier sur les questions liées à la guerre contre le terrorisme. Dans une interview avec des journalistes, al-Sissi a estimé par ailleurs que les relations entre l’Egypte et la Russie s’étaient resserrées ces derniers temps. Il a ajouté que ‘l’Europe avait compris aujourd’hui l’importance d’une coopération avec l’Egypte, surtout dans le domaine de la lutte contre le terrorisme’.

L’ambassadeur américain fait ses adieux à la Knesset

Le Lobby des relations Israël-Etats-Unis à la Knesset, dirigé par les députés Nahman Shaï (Camp Sioniste) et Avraham Neguise (Likoud), a pris congé ce mardi de l’ambassadeur américain en Israël, Dan Shapiro, qui va quitter ses fonctions avec l’arrivée du nouveau président élu Donald Trump à la Maison Blanche.

Au cours de la cérémonie organisée en l’honneur du diplomate, le président du parlement israélien Youli Edelstein s’est exprimé en des termes très chaleureux, déclarant notamment ; « Dans les relations entre deux Etats ou en politique, rien n’est vraiment noir ou blanc. Certaines périodes étaient meilleures, d’autres moins bonnes et il y a eu des rencontres qui n’ont pas été une réussite ».

Il a ensuite salué l’aide militaire américaine accordée à Israël dans le cadre d’un accord renouvelé. Edelstein a félicité Dan Shapiro pour sa maitrise de la langue hébraïque avant d’indiquer : « Nous ne vous avons pas toujours rendu la vie facile. Vous êtes un homme de stabilité et un représentant loyal des Etats-Unis ».

Le chef de l’opposition Itshak Herzog, leader du parti de gauche ‘Camp Sioniste’, a estimé pour sa part que le comportement de Shapiro donnait envie de poursuivre la coopération avec lui. ‘Il y avait quelque chose dans votre attitude qui nous a profondément touchés’, a-t-il souligné, affirmant que l’ambassadeur américain était devenu ‘un personnage influent dans le public israélien’.

De son côté, Dan Shapiro a déclaré que ‘lorsque l’histoire des relations entre Israël et les USA serait écrite, tout le monde comprendrait que leurs liens s’étaient renforcés ces dernières années dans le domaine de la sécurité, de la technologie, à l’Onu et en temps de guerre’.

Il a ajouté ; « Nous avons connu un grand développement dans nos relations économiques et le Congrès et la Knesset y ont largement contribué ». Tout en admettant qu’il y avait eu des controverses et des désaccords, il a précisé que ‘c’était naturel entre deux Etats si proches comme Israël et les Etats-Unis’.

×
×